CHEZ EDMOND

Etang du moulin d'Edmond loin de son étiage
Etang du moulin d'Edmond loin de son étiage

 

 

 

 

 

 

Le retour

 

 

 

 

 

 

 

 

Partis de Corneilla bien avant 7 heures, nous avons fait en fin de matinée une dégustation de présentation très intéressante avec Pierre Colin, le sympathique sommelier du boulevard Duportal à Toulouse.

 

Ensuite, par le chemin des écoliers, nous voici arrivant à Gratens. Il y a une petite année (voir ICI), je vous décrivais ma rencontre avec Danielle et Martine. Ce ne serait pas leur faire justice que de dire qu’elles gèrent « en bon père de famille » - l’expression est consacrée, je n’y peux rien – le très pittoresque moulin où elles ont installé leur restaurant. Je préfère dire que c’est avec vigueur et fermeté mais surtout que c’est avec gentillesse et le sens de la mesure que le moulin - pardon, la maison - tourne. J’ai lu deux commentaires débiles de clients « ronchons ». Numéro un : - 15 € pour un menu « ouvrier », c’est beaucoup trop cher. Numéro deux : - le repas était très bon mais il régnait une odeur de savonnée. Je vous rassure, il existait à côte de cela une floppée d’avis élogieux.

 

Eh bien, ce midi, c’est justement le « menu ouvrier » qu’on nous a proposé : du jambon sec en chiffonade et de la rosette pour patienter, une terrine de pot-au-feu sauce ravigote dont le seul défaut était de peser au moins 250 gr et d’être impossible à ne pas achever tant c’était goûteux, et du rôti de porc fermier cuit au four, avec sa garniture de légumes super, avant un dessert chocolaté. Mais mon diabétologue me gronde quand je parle des desserts. Et l’odeur de cuisine était ... alléchante. Le savon, c’est en me rinçant les doigts que je l’ai découvert.

 

Vous pouviez déjà boire quelques-uns de nos rouges là-bas (et du VDN). A présent, blanc, rosé et ... vieux carignan de la Loute rejoignent aussi la cave, à notre plus grande satisfaction. Pour tous ceux qui ont envie d’aller faire le tour des vieux clochers toulousains et des maisons en briques d’argile qui parsèment tous ces villages entre Toulouse et Saint-Gaudens, voilà certainement un arrêt restauration à ne pas manquer. A midi, vous ferez un repas succulent et roboratif mais ne chargez pas trop le programme ensuite ... on vous sert « bien ». Le soir, vous composerez votre menu au départ d’une carte qui va de la marée du jour au ris de veau et du Kouglof aux lardons et noix (entrée) au café gourmand ... bien garni. Petite cerise sur le gâteau : le feu ouvert qui crépite, sauf au mois d’août (sur décision préfectorale). Enfin, on est à plus de 90 km de Golfech, cela laisse le temps d’avaler ses pastilles d’iode et de sortir son chapelet en cas de besoin.

 

Nous avons appris seulement après son départ que le beau vieillard à la barbe blanche qui mangeait à la table à côté de la nôtre n’était autre que ... Michel Pujol, ancien étoilé de Blagnac, qui ne dédaigne pas, à 70 ans passés, de remettre parfois le tablier. Il est un habitué des lieux.

 

Merci à vous deux, Martine et Danielle,

pour ce repas si savoureux, et aussi de votre confiance.

 

 

 Adresse du jour :   Le Moulin d'Edmond

                             31430 Gratens

                             05.61.70.56.07

                             (C'est sur la route de Laffite-Vigordane, en fait.) 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0