ELITISME POUR TOUS : SO TRUE 








La formule est

tellement éculée

qu'on ne sait plus

qui l'a inventée.












Néanmoins, elle continue à me plaire et, au prix d'adaptations mineures, elle peut souvent s'appliquer.


J'ai déjà eu l'occasion d'exprimer mon peu d'attrait pour le personnage démagogique, faussement "hypercatalanisé" et "peuple" du député-maire de la ville, où je n'aimais pas du tout à me rendre jusqu'il y a 3-4 ans à peine.


L'honnêteté me pousse à avouer que, sous ses mandats successifs, on constate une évolution marquée. Tant la partie citadine, avec sa réorganisation certes contraignante du trafic, fort agréable à pratiquer, que la partie "maritime" (promenade de front de mer, marina, ensemble du nouveau port) exercent à présent un attrait réel.


Ce qui reste épouvantable, c'est la partie centrale de la zone touristique, avec son "marché" permanent de chalets à attrape-touristes, ses mauvais snacks (kebabs, asiatiques, panninis, moules et autres ...) son parking hideux et bondé, et j'en passe. En fait, c'est la zone créée pour les campings d'il y a 20-30 ans et elle n'a pas évolué, si ce n'est en empirant. 


Qu'est-ce que je suis en train d'exprimer, de manière de plus en plus consciente? C'est mon souhait de voir un peu de "beau" s'installer, à la place du faux tourisme de masse.


Ce tourisme-là, s'il s'adresse effectivement à une "masse", n'est en fait pas du tourisme. C'est une tentative d'extorquer le plus d'argent possible à une foule importante de gens pourtant un peu inpécuniers, en leur offrant une seule chose en échange: le soleil.


Même ici, les dirigeants ont dû faire marche arrière, sans doute sous la poussée de quelques promoteurs il est vrai. Et la mutation est réussie, ne boudons pas notre plaisir, d'autant que Canet suit une courbe inverse.


Sur la côte catalane, en commençant au Barcarès

(ou "à Le Barcares") qui fut créé de toute pièce sur une zone improbable - le fallait-il ? - on glisse ensuite vers les autres plages artificielles cum bronzarium au large de Saint-Laurent de la Salanque, qui n'ont aucun attrait culturel, historique, architectural mais remplissent paillotes de plage, campings, mini-parcs d'attraction, faux ranchs etc  ...


Ensuite arrive Canet-Plage , dont les jolies petites ... canétoises, répliques des maisons de pêcheur de jadis, ont fait place à un front de mer hideux. Mais au moins la marina est attirante et l'enchevêtrement de constructions, certes modernes et "cheap", au bord des basssins, jetées, pontons, forme un ensemble où il fait bon flâner et, sans doute, louer un appartement.


Puis, vous avez Saint-Cyprien. Après la tourmente qui a suivi les affaires liées au "scandale des oeuvres d'art", la ville reprend son train-train. Elle ressemble malheureusement de plus en plus à un "Cap d'Agde en plus petit", avec un peuplement à deux vitesses: celui des 2.000 anneaux et le pouvoir d'achat (relatif, car pas mal passe dans le bateau pour certains) des plaisanciers, et celui de ceux qui viennent les admirer. Ah oui, j'oubliais l'aire de parquage des camping-cars au bord de la zone technique du port: 12 € par 24 heures. 


Ensuite vient Argelès dont je vous parle à l'entame de ce billet, car vous l'aviez reconnue, n'est-ce pas? Avouez que le ketch que je vous montre (en bois) ne manque pas de charme. 


Et puis vous entrez dans les stations balnéaires qui se sont développées autour d'un "vrai" village, le long de la Côte Rocheuse: Collioure la magnifique (Je "like" Collioure) mais aussi Port-Vendres l'industrieuse (enfin, avant), Banyuls la vineuse, et même Cerbère, si loin, si discrète mais au charme désuet. On la vide petit-à-petit de tous ses emplois, délocalisés vers Perpignan ou simplement perdus.



Oui, un élitisme à visage humain est à notre portée,

car le littoral des Pyrénées Orientales est

NATURELLEMENT magnifique.

"Yaka" le mettre en valeur.



Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Thierry Charlier (vendredi, 10 juillet 2015 10:07)

    Je pense que ce "ketch" est un ... yawl ( le mat d'artimon me semble en arrière de la barre )

  • #2

    Luc Charlier (vendredi, 10 juillet 2015)

    Merci de cette précision. Je suis au courant de cette subtilité et pense que tu as raison, même si la photo ne permet pas de trancher absolument. Pour des moins spécialistes que toi, le distingo existe surtout entre le ketch (mât "de derrière" plus court) et la goélette (mât "de devant" plus court ou deux mâts de taille identique). Qui dit "brick", "schooner" ... ?