EL VESTIT DE MENJAR FIDEUS

Léon sur son "Trentin" (trente-et-un)
Léon sur son "Trentin" (trente-et-un)





Gérard Jaquet est

animateur "sur" la

radio publique locale.

Il nous a livré ce matin

une expression savoureuse.










Musicien de qualité jouissant en outre d'une belle popularité en pays catalan, animateur enjoué, catalanophone de naissance, M. Jaquet est également un linguiste émérite.


Il distille chaque matin des petites perles dialectales à l'intention des nouveaux arrivants ... et de ses nombreux co-religionaires ne parlant pas la langue de leur pays. Ce point précis "me tue" : ici, c'est catalan par ci, catalan par là, jusqu'à l'écoeurement en fait. Cette insistance constitue même une posture totalement démagogique, dans les médias, chez les politiques, au sein des associations, dans le sport. Mais je parie que moins de 20 % des locaux parlent réellement la langue. Je trouve cela dommage: c'est un vecteur de culture et aussi un ciment social, c'est également un outil d'identité très fort. En outre, dans ce cas précis, il s'agit d'un idiome élaboré, fruit d'une histoire longue et riche, et non pas une petite dérive d'une langue maîtresse vers un "patois" plus ou moins pratiqué. Pour tout vous dire, la langue catalane me plaît beaucoup.


Ce matin donc, on traitait des pâtes alimentaires, et plus spécifiquement des plus fines d'entre elles, vermicelle ou cheveux d'ange, le fideus. C'est celui-là même que les "Catalans du sud" transforment peu ou prou en plat national (avec les Suquets) : la fideua


Traditionnellement, on mangeait le produit de son potager et de sa basse-cour, faisant exceptionnellement appel au boucher ou à l'épicier du coin. C'était notamment le cas le dimanche où, pour régaler ses invités, on préparait le bouillon au vermicelle. 


Ceux-ci, répondant à cette largesse par un soin particulier à leur mise, venaient ornés de leurs plus beaux atours. En français, cela correspond aux expressions "se mettre sur son trente-et-un" ou encore "être tiré à quatre épingles". En catalan, on parle de : el vestit de menjar fideus; le costume pour manger des pâtes. 


J'adore cette savoureuse expression. Merci Gérard.




Écrire commentaire

Commentaires : 0