DIEU QUE C'EST MOCHE! 

Le "grenat" et le "carré", un soir de brume légère
Le "grenat" et le "carré", un soir de brume légère

Je prends 

le contre-pied

de Balavoine,

le pote à Tonton

qui n'a pourtant

pas hésité à le faire disparaître 

- je le tiens

"de source sûre".



J'avais déjà eu l'occasion de vous montrer une face peu esthétique du complexe du Théâtre de l'Archipel (ICI) et de vous exprimer ma réprobation.


Ici, on aperçoit le "grenat", salle modulable pouvant accueillir 1100 personnes dans des conditions de confort déplorable: les genoux sont collés à la poitrine et les sièges ne sont pas ergonomiques. En outre, le remplissage et la sortie se font au compte-gouttes. Un peu en retrait sur la gauche, vous découvrez avec émerveillement le "carré", un espace de 400 places sans rien de remarquable: c'est carré et recouvert de métal rouillé. Mais ça, c'est voulu.


Six années de construction, plus de 40 millions d'euros à charge du contribuable, le plus grand théâtre de toute la région LR, dont Perpignan n'avait absolument pas besoin.


Le maire de Perpignan, Frédéric Miterrand et l'architecte étaient présents à l'inauguration, il y a 4 ans. A la première averse, d'importantes infiltrations d'eau avaient souillé les planchers.

Ce doit être la marque "Sud de France". 


Je m'y rends de temps à autre. La programmation vaut mieux que l'habillage, l'acoustique est bonne - en tout cas pour les événements amplifiés ou pour un grand orchestre, y compris avec un soliste - et les tarifs sont très raisonnables. Vous voyez que je pratique pas la critique systématique.


La prochaine fois que j'y mets les fesses,

vous aurez de mes ... Nouvel. 



Écrire commentaire

Commentaires : 0