SURTOUT NE PAS SE TROMPER

 

Avant toute chose,

afin qu'il n'y ait aucun doute,

je suis désemparé face à l'attentat lâche qui frappe des citoyens ayant choisi,

comme moi, le parti de ceux qui croient qu'on peut

TOUT dire,

TOUT écrire et

tourner TOUT en dérision.

Ils l'ont payé cher, très cher.

 

 

Cela étant, on ne peut certainement pas tout FAIRE, et certainement pas tuer.

 

Mais je ne suis pas Charlie, en tout cas pas comme je vois la récupération s'opérer. C'est la liberté d'expression qui a été visée - fort bien d'ailleurs, hélas - c'est la civilisation occidentale, c'est la laïcité. Et ce n'est pas la France, à elle toute seule. Et le monde l'a bien compris, qui partage la douleur, la stupéfaction mais aussi la crainte.

 

Je n'ai jamais acheté un seul numéro de Charlie-hebdo, comme la grande majorité de ceux qui affichent sans vergogne "Je suis Charlie" à présent. Son tirage en Belgique doit être archi-confidentiel, c'est une des raisons. Mais Hara-Kiri n'était pas mieux représenté et j'en ai acquis à l'occasion. A part Wolinski, je ne connaissais aucun des noms des victimes. Je ne me sens pas le droit, comme des millions de Français à présent, de me déclarer le "vieux pote", le copain, l'ami de coeur des journalistes assassinés. Mais je suis de tout coeur avec eux cependant, c'est évident.

 

Je lis partout, même dans des "posts" d'amis à moi, que c'est l'unité de la nation française qui va se souder, que l'on restera debout etc .....Je vois flotter les bannières bleu-blanc-rouge et le "deuil national" me conforte dans cette idée. Bien sûr, n'étant pas français, je ne peux pas ressentir cela, même si je le comprends.

 

Mais il ne faudrait pas se tromper: ce que les forces du mal veulent, c'est déclencher la haine de l'autre, de tous les autres. Et c'est justement contre cette haine que les journalistes décédés oeuvraient. Car ne jamais acheter un journal ne signifie pas que l'on ne le lit jamais ni ne connaît son "atmosphère". Je n'ai pas dû acheter Figaro Madame pour savoir que nous ne sommes pas d'accord sur grand-chose.

 

Bien sûr qu'il faut réagir, bien sûr qu'il faut garder la tête haute et même peut-être la redresser un peu plus. Mais c'est contre le fanatisme religieux, tous les fanatismes religieux qu'il faut se battre. C'est contre la pensée unique, toutes les pensées uniques (beau paradoxe). Et c'est contre les marchands d'armes, tous les marchands d'armes. A propos, quelle place tient la France dans le commerce mondial des armes? Qui vend des porte-hélicoptères à qui?

 

Les guerres, toutes les guerres, de religion, de territoires, de clans, de personnes ont avant tout servi les visées des marchands de canons et de leur actionnariat. C'est toujours le grand capitalisme de l'industrie de l'acier, et de l'aéronautique à présent - c'est le même - qui a fomenté les conflits, excitant les fous de Dieu de tous bords, ces psychopathes, ou bien les nationalistes excerbés, autre version de la même démence.

 

Il ne faudra pas se tromper, dans les jours qui viennent: ce n'est pas l'épicier arabe ouvert tard le soir de Desproges qui est notre ennemi. Ce n'est pas notre vendangeur marocain. Ce n'est pas le marchand de couscous ou de tajines au coin de la rue dans son petit restau.

 

Après, même si je suis un inconditionnel adversaire de la peine de mort - on ne peut pas tuer quelqu'un qui est captif entre nos mains - on doit se demander si le contre-espionnage ne devrait pas s'arranger pour que les individus se trouvant sur le sol français dans le seul but d'y perpétrer ce genre d'actes "disparaissent " sans laisser de trace, de préférence avant le passage à l'acte. Vous me direz qu'on ne peut pas faire cela dans un état de droit, que c'est la porte ouverte à tous les excès etc ....

 

Et Coluche, et Edern-Hallier, et Balavoine, et Bérégovoy ? Aucun d'eux n'était un terroriste, pourtant. Et Jacques Mesrines, même s'il ne faut certainement pas le pleurer. Et Jaurès? 


Non, je ne suis pas Charlie,

car je ne les connaissais pas,

car je n'ai pas leur talent

et surtout car moi, on ne m'a pas assassiné! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 12
  • #1

    Michel (jeudi, 08 janvier 2015 08:48)

    J'ai passé une très mauvaise nuit, bouleversé par les événements d'hier... Résistons par tous les moyens à l'obscurantisme et, comme les victimes nous l'ont montré, notamment par l'humour, la dérision et la liberté de ton...
    Ce matin votre "je suis charlier" m'a fait du bien!

  • #2

    Luc Charlier (jeudi, 08 janvier 2015 09:21)

    Merci, Michel. Ce papier va me valoir des ennemis, je le sais par avance. Tous ceux qui ne savent pas lire, même s'ils reconnaissent les lettres.
    Je suis bouleversé, et je compatis très sincèrement au désarroi des proches. Et j'ai PEUR.
    Mais cette peur ne doit pas se transformer ni en repli, ni en agressivité. Nous devons, TOUS, penser aux moyens d'éradiquer l'infime minorité de ces assassins, souvent perturbés psychologiquement (et/ou drogués) et manipulés d'en haut par d'autres qui ont pignon sur rue.

  • #3

    Dilaver (jeudi, 08 janvier 2015 10:26)

    Très bon article. Pas de raison de penser qu'il te vaudra des inimitiés. Il est juste. Bien dosé et plein de bons sens. Son esprit et sa sincérité rejoignent bien le discours de l'article d'open democracy que tu as lu et apprécié. Moi, je fais partie des fidèles depuis l'époque de Hara-Kiri, l'ancêtre. Je m'autorise à me considérer "Charlie" avec la même sincérité que toi tu te considères "Charlier" (à très juste titre par ailleurs

  • #4

    Hervé LALAU (jeudi, 08 janvier 2015 10:29)

    Je partage ton analyse, Luc.
    Ne pas se tromper d'adversaire.
    Ne pas récupérer.
    Pas le droit.
    Indigne.

  • #5

    Michel Smith (jeudi, 08 janvier 2015 10:54)

    Pour ma part, je reste Charlie. Il faut bien se raccrocher à quelque chose. Et si je le fais c'est surtout pour conserver notre bien le plus précieux, notre liberté de dire, de penser, d'écrire, de dessiner, notre colonne vertébrale comme a dit le vieux Badinter hier soir. Mais bien entendu, je n'en veux à personne d'autres qu'aux cons. Et je n'ai pas peur. D'ailleurs, si ça peut te rassurer, notre Place de Belgique a été débaptisée Place Charlie ce matin par un habitant. Et c'est tant mieux !

  • #6

    Cad (jeudi, 08 janvier 2015 12:07)

    Pourtant mon Smith rebaptiser la place de Belgique "Place Charlier" ça aurait eu encore plus de gueule!
    Blague à part je trouve courageux notre ami Luc de dire les choses comme il les pensent au risque d'être mal compris. Mais ceux qui ne comprendront sont probablement des andouilles.
    Alors vive la liberté d'expression, vive la liberté de penser différemment du troupeau, vive la liberté!

  • #7

    cad à strophe (jeudi, 08 janvier 2015 12:09)

    grr... il fallait lire "comme il les pense" bien sûr.

  • #8

    David Cobbold (jeudi, 08 janvier 2015 15:30)

    Bien d'accord avec Luc. Le problème du poids des symboles est qu'ils masquent souvent des réalités plus complexes. Je ne porterai pas non plus des badges "Je suis Charlie", ni des T-shirts idem. Mais je suis avec eux à 100%. J'ai bien aimé les dessin publié ce matin en Belgique (pas un hasard surement) et qui disait, sur fond de tombe "Morts de Rire". Le genre de titre qu'aurait produit Charlie Hebdo/

  • #9

    Luc Charlier (jeudi, 08 janvier 2015 17:03)

    Merci David. Il est intéresant de noter que tu es plus français que moi, depuis le temps que ce sol t'a adopté et que tu as défendu ses produits vignerons, mais tu restes un "alien" quand même. D'où peut-être nos ressentis communs. Et nos opinions sur la vie économique sont souvent différentes, parfois même opposées. Mais au niveau de la morale publique et de la liberté, les "gens de bien "(et nous en sommes tous les deux) se retrouvent toujours. Maintenant, en plus de garder la tête haute, il faut penser à se défendre efficacement. Louis XIV eut son de la Reynie et Napoléon III compta sur Fouché.
    Au lieu de mettre toute son énergie à empêcher les 10 % d'homosexuels de notre population (càd autant que les gauchers ou les dyslexiques) de vivre une vie aussi "normale" que les autres, peut-être pourrait-on mettre le pouvoir judiciaire, le pouvoir législatif et les "beaux esprits" à contribution pour assurer notre sécurité, dans notre chair? Ce n'est qu'une proposition.

  • #10

    Alain Mertens (jeudi, 08 janvier 2015 21:51)

    En 1789 à Paris après des luttes sanglantes la déclaration des droits de l'homme fut signée garantissant dans ses articles 10 et 11, la liberté d'expression, la liberté de culte et la liberté de la presse.
    La démocratie était née...
    Depuis la nuit des temps, tout régime politique ou philosophique, connait une fin un jour.
    Ce n'est pas un hasard si dix années après les dessins dits blasphématoires publiés au Danemark c'est à Paris en France, berceau de la démocratie, chez Charlie Hebdo qu'ont été commis des crimes épouvantables.
    Que diront dans vingt ans nos livres d'histoire?
    Que le 7 janvier 2015 le massacre des journalistes de Charlie Hebdo a marqué le début de la fin de la démocratie pour lentement mais surement rétablir la Théocratie ?
    C'est à mes yeux l'enjeu de ce qui s'est passé aujourd'hui.

  • #11

    Luc Charlier (vendredi, 09 janvier 2015 07:56)

    Mon analyse est similaire à la tienne ... sauf que l'Occident va trouver la parade. Malheureusement, cela passe par un "flicage" très serré et efficace (police secrète et contre-espionnage), ce que je n'aime évidemment pas. Mais nous n'avons pas d'alternative.
    La "Secte des des Ashashins" du Vieil Homme de la Montagne est de retour.

  • #12

    Thysebaert (vendredi, 09 janvier 2015 10:41)

    Trop à dire depuis avant-hier de ce monde dans lequel nous vivons. Penser et s’exprimer librement – même maladroitement - sur tout et n’importe qui tout en tolérant l’autre ... C’est difficilement possible.
    Combien d’innocents massacrés par intolérance religieuse et politique, par intérêts capitalistes, par violence sexuelle - à notre époque ! - au Vietnam, en Inde, au Pakistan, aux USA, en Scandinavie, en Afrique du Nord et du Sud, au Mexique, au Chili, en Espagne, ... en France.
    Alors essayons d’abord de comprendre le pourquoi, l’origine, le moteur de cette barbarie qui est ... en nous.

    Puis écoutons les Rubettes chanter “sugarbabylove”,... ça met du gentil rock dans le mauvais blues de ces jours.

    https://www.youtube.com/watch?v=X9_0ZKrDY7Q