BELLE NOUVELLE VISITE A LACAVE (09)

L'arrière-plan du jardin, vu de la chambre
L'arrière-plan du jardin, vu de la chambre

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'en connais pas l'essence,

mais sais que son apparence

m'a réjoui les sens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette haute futaie solitaire exhibait ses ocres et ses mordorés d'automne, dès notre petit lever (autour de 8 heures du matin) à la chambre d'hôtes de Michel et Gisèle, dont je vous parlais déjà en septembre. Nous y avons emmené ma mère, entre un repas ariégeois et sa redécouverte de Toulouse, qu'elle n'avait plus abordée depuis ... 1939. 

 

Entretemps, les "kotmeneer et -madame" sont devenus de fervents amateurs de la Loute et Monsieur le Proviseur en retraite lit assidument mes pauvres bafouilles bloguistiques. Nous, en échange, avons passé à nouveau un moment très agréable dans cette Maison du Parc toute entière dédiée à la mémoire de la famille Beauharnais, puisqu'aussi bien tout le mobilier - et le design - rappelle l'époque de Napoléon III. Les chambres, par leur intitulé, vous plongent dans l'intimité de Joséphine, de ses descendantes et de leur petit monde (Hortense, Céleste, Eugénie ...). N'oublions pas non plus que Léopold 1er des Belges, accédant au trône au début des années 1830, en l'inaugurant, après avoir cavalièrement fait faux-bond aux Grecs, épousera en deuxièmes noces la fille de Louis-Philippe, une princesse d'Orléans, qui nous replonge dans le même style de mobilier et d'ambiance. Mais c'est pourtant sa chère Charlotte-Augusta, fille du futur George IV, qu'il pleurera toute sa vie, après que celle-ci fût morte en couches. 

 

Que Léon, qu'aucun fifrelin de royalisme n'habite, se prélasse dans

le lin et le coton de ces altesses, se lave dans la fonte de leurs baignoires,

qu'il ... pisse dans la porcelaine (vitreous china dit le label)

du second empire ne manque pas de sel. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0