NEPHROLOGISTS DO IT IN THE (LOZ-) AIR

"Dila" présente la séance
"Dila" présente la séance

 

Pendaison de crémaillère,

animations municipales,

présentation de la

Coume Majou,

tout s'entremêle

à Marvejols.

 

 

 

 

Un autre "Léon" me rejoint, l'auteur d'un des plus grands romans de la littérature occidentale: Guerre et Paix. Avez-vous réussi à dépasser la page quatre-vingts ? Moi pas, et je ne connais donc pas tous les protagonistes. Pourtant, je vais me mettre en peine pour vous présenter mes Koutouzov et Bézoukhov à moi, pour vous décrire les Kouraguine et Bolkonsky de mon histoire.

 

A tout seigneur, tout honneur, de dos sur la photo, à l'avant plan: Monsieur le Maire. "Intervenant municipal" de longue date - vous voyez que je parle bien la langue de bois des Français, du style "mal-voyant", "technicienne de surface", "directeur des relations humaines" - cet homme pourtant encore très jeune a été élu au mandat de premier magistrat de la ville en 2014. Il est historien, spécialiste de Napoléon et donc de ce mal français qu'on appelle la centralisation, héritière du jacobinisme. Il se situe à droite sur l'échiquier politique (UMP) dans une zone plutôt de centre gauche et on m'assure qu'il gère de manière habile les obligations liées à la terre et à l'économie, les nombreuses activités à caractère social de sa commune, les aspects culturels et l'animation nécessaire à la vie de cette région assez reculée. L'ancienne capitale du Gévaudan compte en effet de nombreuses familles d'extraction agricole, une certaine bourgeoisie d'affaires, son quota d'émigrés et beaucoup d'établissements de soins de tous types. Vous avez donc besoin de satisfaire les nantis, tout en n'oubliant pas de faire du "social". 

 

Je n'ai pas parlé de politique avec lui, mais son contact m'a donné l'impression de quelqu'un d'ouvert, jovial, pragmatique et d'une exquise courtoisie. Il ne dit pas non à un verre de bon vin ... avec modération bien sûr. Evin a sévi en marge de la Margeride aussi.

 

Mon personnage principal, il me faudrait quinze pages pour le cerner. Or, je ne le connais que depuis deux petites années. Effectuant une tournée de livraison en Lozère, et notamment dans le très pittoresque Domaine de Carrière, on m'a présenté un "médecin belge", habitué des lieux, qui y buvait de la Cuvée Miquelet 2005. Et la suite a été très vite.

 

Il a d'abord été chercheur dans les équipes du Prof. Christian De Duve. Mais comme il n'était pas sourd (drôle) aux appels de la clinique, c'est dans le service d'excellence dirigé par Charles Van Ypersele qu'il est devenu néphrologue. A la fin de son post-graduat, les Cliniques Saint-Luc ont estimé qu'un Turc - car telle est la nationalité de Dilaver Erbilgin, notre ami - incarnait mal l'Esprit Saint, et il est parti vers la France - je simplifie son parcours - où il a été à l'origine de l'ouverture d'une demi-douzaine de centres d'hémodialyse, dans un pays qui en manquait cruellement. C'est donc tout naturellement qu'il a été le fondateur de l'unité de "rein artificiel", comme on dit, de Marvejols, dont il a encore la responsabilité aujourd'hui. Ce n'est pas par hasard. Dila est coureur de demi-fond (et même plus) et une compétition de qualité est organisée dans cette région, qu'il connaissait donc fort bien. 

 

Vous commencez à entrevoir la trame de mon récit: un Turc, néphrologue formé en Belgique et grand amateur de bon vin, une municipalité très tournée vers sa population et qui tente de dynamiser la région, touchée par la crise économique, un vigneron belge présentant un passé similaire ...

 

Mais il manque encore des personnages, et notamment le "fils Erbilgin". Imaginez un "djeun", il doit avoir 25 ans, vivant dans le Gard et féru de vin, curieux de la vie, sportif et extrêmement vif d'esprit. Impossible qu'il s'accommode de la discipline stricte et parfois un peu "vieille France"" des lycées hôteliers - il y en a pourtant un excellent à Saint-Chély d'Apcher. C'est donc à Suze-la-Rousse que notre gaillard se forme actuellement au métier de sommelier. Nous avons vivement sympathisés. 

 

Or donc, le 19 octobre, Dila a invité une quarantaine de proches à venir fêter son installation dans une jolie villa avec un agréable jardin du côté du complexe sportif de la ville, en bordure de rivière. Et il m'a proposé de régaler les convives de mes petits pinards, tout en leur présentant un exposé sur le vin.

 

Il me semble que tout s'est déroulé à merveille: un traiteur local s'est chargé des sandwiches mettant en valeur la charcuterie lozéroise, l'excellent boulanger-pâtissier qui jouit de la chalandise de Dila a fait très fort pour les desserts, et la mairie a installé tables et trétaux, prêtant aussi les chaises pour la "salle de conférence". Et nous, ce fut Cuvée Majou, Cuvée Miquelet, Cuvée Civale (blanc) et un Rivesaltes Grenat fort apprécié par de nombreux invités qui découvraient avec étonnement les "Vins Doux Naturels". 

 

Merci à mon ami, et ex-confrère, Dilaver, pour son invitation et l'impeccable organisation Merci à la ville et à son maire, M. Jean-François Deloustal, pour leur soutien discret et efficace. Je pense qu'on pourra renouveler cette animation sur une base annuelle en l'ouvrant peut-être à une part plus large de la population. On en discute.

 

Si tu aimes viande d'Aubrac, aligot et tripous,

accompagne-les d'un bon verre de Majou ! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Dila (lundi, 05 janvier 2015 14:08)

    OMG! Je viens de découvrir ta prose

  • #2

    Acquaviva..Rosina. (lundi, 05 janvier 2015 14:33)

    Merci pour ces moments esquisses...pleine.de chaleur...et votre vin ...et bonne et joyeuse annee..bonne continuation..j ai adoré.r

  • #3

    tatiana rosati (vendredi, 30 janvier 2015 00:41)

    per acquaviva rosina
    ciao cara.....ti cerco per salutarti ed abbracciarti forte ma.....c'è dell'altro... mi sono risposata con un uomo meraviglioso.
    insieme vorremmo trasferirci anche per
    lavoroi, siamo entusiasti e sentire anche il tuo parere sarebbe per noi uno stimolo ma anche un piacevole onore averew consigliu da te .ns num 3407786845