RICHARD COEUR DE FROMETON

Trois fromages de Brie, un de l'Yonne
Trois fromages de Brie, un de l'Yonne

 

 

 

 

Chose promise,

chose pue ....

 

 

 

 

 

Non, j'exagère, aucune odeur parasite: de la crème, de la crème, de la crème. Lors de notre agréable visite guidée de Provins, Marine nous avait amenés chez Richard, à la rue de la Friperie. Stop, petit flash-back, retour en arrière et arrêt sur image. J'avais dit qu'on en reparlerait.

 

Vendredi soir dernier, nous dînions à Blunay, non pas faubourg de Carthage - ça, c'est Mégara, bande de nazes - mais bien hameau de Melz-sur-Seine, chez monsieur le maire sortant. Avant de nous confier à sa soeur*, si je puis dire, car c'est elle qui nous a hébergés, il avait réuni une bande de copains formant peu ou prou un club de vin informel. A ma gauche, j'ai profité de la conversation d'une adorable prof ... si, si, matière "anglais" ai-je appris plus tard, de l'enseignement libre sur laquelle ne plânait pas l'ombre de Madame Bachelot ou de Madame Boutin. Tant mieux, ce genre d'ombre pesante m'aurait retourné l'estomac. Et à ma droite, ce fut "Richard", un réel connaisseur en vins. Plus tard aussi, j'ai su qu'il était affineur et quelque peu caviste à ses heures. 

 

Voilà pourquoi notre balade provinoise a croisé "La Cave à Fromages". Nous avons acquis un "Coulommiers" - fromage ne profitant pas d'une protection légale - qui est encore au frais, intact. Nous avons évidemment aussi acheté ce qui a fait la renommée de Provins en tant que ville de foires avant que le blé ne détrône cette spécialité: les bons fromages à pâte fleurie des moines de la Brie, champenoise ou non. Je pense avoir choisi un Montereau, un Melun et un Meaux. Hélas, un as du marketing de mes amis venu me rendre une visite amicale a jugé bon de couper les pointes de mes frometons avant que je ne prisse mon cliché. Je ne peux lui en vouloir, cela sentait si bon ! L'impatience est la mère de toutes les vertus, même si parfois trop de précipitation a pu rendre mère l'une ou l'autre petite vertu. Passons.

 

Et puis (et non pas "Epoisses", je n'aime pas cela), "le Richard, y nous zavait fait fleurer une pâte molle bourguignonne à croûte lavée, un Soumaintrain que cela s'appelle". Celui-là, il ramenait un peu, mais moins qu'il n'en faut pour me faire détourner les narines. Nous avons également emporté une demi-portion de cette engeance, point trop affiné (croûte encore jaune très pâle), que vous découvrez sur l'arrière. Si vos escapades normandes vous éloignent du Livarot à grandes enjambées, passez votre chemin ici aussi. Dans le cas contraire, il existe une similitude de goût entre les deux. 

 

Oh là, bonnes gens, nobles seigneurs, daignez arrêter ici

votre blanc destrier et accceptez de taster de mon fromage:

il est du goût de Monseigneur le Comte de Champagne

et des Ducs de Dijon itou.

Il vous en coûtera bien moins d'une livre tournois! 

 


*: Merci à ma consoeur Odile Boudignat de son hospitalité. Dérangée en plein déménagement, elle nous a accueillis avec gentillesse. J'espère qu'elle nous fera l'honneur de venir nous voir ici. Cette "récente ancienne" de Labaz-Sanofi et moi aurons plein d'anecdotes à échanger.
 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0