LE FOOT, LE FOOT, LE FOOT

Déserté
Déserté

 

 

Le stade de Céret

- regardez les poteaux

et l'absence de cage -

est déserté

et la pelouse resplendit.

 

 

 

 

 

En cette periode de Mondial brésilien le petit peuple du rugby se fait discret. Ce n'est d'ailleurs pas vrai, la radio locale ne jure que par les nouvelles des treizistes pour l'instant. Il faut dire que le championnat du XV est terminé et que l'équipe de Perpignan a été reléguée en deuxième division pour la première fois depuis sa création en 1907.

 

Et pour être franc, ma photo a été prise le 1er juin, lors de la fête de la cerise. Céret a battu hier des records de chaleur, avec près de 40°C sous abri pour une fin juin, malgré un curieux vent d'ouest, assez inhabituel. Ici, nous avons eu 37°C et pas mal d'humidité dans l'air : je déteste cela.

 

Non, mais la coupe du monde est une catastrophe pour les restaurateurs, même dans les établissements gastronomiques. Les salles sont vides. Même plus, lors de mon dernier passage en Belgique, j'ai eu la surprise de voir mon samedi soir, normalement hyperbooké, se libérer comme par enchantement: il y avait foot ! 

 

Cela force d'ailleurs à s'interroger. Le monde a basculé vers un divertissement d'apparence - bon marché - et s'éloigne d'autres plaisirs, criticables et pas indispensables d'ailleurs, je le reconnais. La table est pour moi le lieu même de la convivialité. C'est quasiment le seul endroit où j'ai besoin de compagnie et où je n'aime pas à me retrouver seul. Jadis, il y en avait un autre mais l'âge venant, je supporte mieux la situation. 

 

Or, manifestement, la "communion" se fait pour beaucoup, même chez mes amis, devant le "petit écran". Sa taille devient d'ailleurs de plus en plus grande. 

 

Pourtant, je continue à fréquenter des personnes ne possédant pas de téléviseur, ou l'utilisant peu. Ils sont souvent "alternatifs" et attachent pas mal d'importance à leur alimentation. Mais, là encore, ce sont souvent des préoccupations diététiques, ou environnementales, plutôt que gastronomiques, qui les animent. Moi, j'aime manger, et boire !

 

Il faut de tout pour faire un monde.

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0