FIN D'UN MILLESIME

Ainsi partent les lies
Ainsi partent les lies

 

 

 

 

La fin d'un millésime,

c'est le départ des lies.

 

 

 

 

 

 

Cet événement eut lieu la veille de notre voyage en Belgique. Oh, au domaine, ce n'est pas très abondant, comme transbordement, surtout que le millésime 2013 a vu peu de grenache.

 

Comme vous le voyez, il suffit d'un tuyau qui sort de la cave et d'une petite citerne transportable. Celle-ci sera vidée à la distillerie. Pour ma plus grande chance, la dernière usine de transformation en activité dans le département se situe à Saint-Féliu, à moins de 10 km de notre cave. Impossible cependant de déterminer combien de temps elle survivra encore. 

 

Les locaux sont très vétustes, les horaires de plus en plus restrictifs mais le personnel est heureusement adorable et "fait contre mauvaise fortune bon coeur". 

 

Les vignerons sont tenus d'acquitter une "prestation vinique", en fait une taxe qui se camoufle, calculée d'après la quantité et le type de vin produits, et qui consiste à céder une partie du prix qu'on nous paierait pour l'alcool obtenu en distillant nos marcs et nos lies à l'état. Cette somme est d'ailleurs de plus en plus faible, car les coûts de la transformation croissent.

 

A défaut de fournir cette "prestation", nous sommes tenus de faire distiller une certaine quantité de ... vin fini! Il y a donc intérêt à livrer des marcs contenant encore du sucre ou au moins de l'alcool, et des lies qui n'ont pas complètement dégradé leur teneur en éthanol. Certaines structures, et pas des moindres, ne prennent pas cette peine. Je ne comprends pas bien pourquoi. 

 

Allez, zou, exit 2013 et dans moins de 3 mois,

on coupe déjà les grappes pour le blanc et le rosé 2014 ! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0