LE CANTAL NOUS SOURIT

Montage artisanal du cliché, "à l'ancienne" *
Montage artisanal du cliché, "à l'ancienne" *

D'or au gonfanon

de gueules

frangé de sinoples,

à l'écusson d'azur

à la bande d'or accompagnée

de six coquilles d'argent 

 

 

Voilà ce que l'héraldique nous dit sur le blason du Cantal. Il reprend le gonfanon auvergnat et une partie des armes des seigneurs d'Aurillac. Quant aux coquilles, difficile de ne pas y voir le signe des pèlerins de Saint-Jacques. Pour être franc : "peu me chaut" ou, pour s'exprimer de façon plus moderne, je m'en tape. Par contre, ce département que nous découvrons petit à petit grâce à l'Hortense de Jacques Brel me plaît toujours d'avantage. Pour Pigalle, j'ai habité tout près pendant un an et la gare Saint-Lazare, malgré ses 100 millions de voyageurs par an (2ème en importance en Europe au niveau du trafic passager) me laisse froid pour le moment. 

 

Vous avez compris que nous y avons fait une reconnaissance importante depuis deux ans, poussant aussi vers ses voisins : les Causses, la Margeride, le Rouergue, l'Allier même.

 

Et hier, Christine est rentrée toute guillerette : en effet, Marie-Aude Vieira

(Ch. de Couffour ** à Chaudes-Aigues) venait de lui communiquer sa nouvelle commande de nos vins. Outre la Cuvée Civale 2013 - un honneur pour nous que d'associer notre blanc de macabeu à une cuisine aussi fine et aérienne que celle de son chef de mari - elle fait rentrer à la carte la Cuvée du Casot 2006, totalement à boire à présent et qui me comble dans son état de développement actuel, ainsi que notre Rivesaltes grenat (millésime 2011). Je suppose que les bleus d'Auvergne, mais aussi Valrhona pas si éloigné s'en trouveront bien. Je ne sais plus si Mme Vieira est normande ou bien tourangelle, mais elle apprécie les vins de Loire pour leur fruité et leur légèreté. Je suis très heureux que mes rouges méridionaux - la Cuvée Majou a été à la carte dans le millésime 2005 et 2007 - aient pu plaire également, signe qu'ils ne sont pas empreints de ce côté "lourd" qu'on reproche parfois aux vins de soleil. Nous, à la Coume Majou, sommes convaincus que maturité, puissance et fruit peuvent rimer avec fraîcheur et finesse. Le tout est affaire d'équilibre. La sommelière de l'établissement, Céline Ru, a également adhéré à notre style, ce qui importe beaucoup. 

 

Pour ceux d'entre vous qui descendent dans le sud par le viaduc de Millau, malgré le tarif (9 EUR en été) augmentant chaque année de manière exorbitante - mais cette majoration était prévue dans le cahier des charges concédé par l'état français au très influent promoteur de l'ouvrage -, je vous signale que Chaudes-Aigues et ses environs constituent une étape idéale, à environ 800 km de Bruxelles et à deux bonnes heures du Golfe du Lion. 

 

Si on vous présente notre Grenat de Coume Majou, vous devez savoir que l'étiquette reprend un bijou réalisé chez l'un des meilleurs spécialistes de l'almandin catalan : le Grenat Laviose à Perpignan. Le patron (5ème génération de joaillers) m'a autorisé à emprunter sa création, allant même jusqu'à me donner un cliché de qualité professionnelle. Jadis, le Canigou fournisssait la région de ses grenats et l'artisanat local avait pour cette raison développé un chaton tout à fait particulier, muni d'un réflecteur permettant d'augmenter l'éclat de cette jolie gemme, en elle-même assez sombre de teinte. Actuellement, cette pierre semi-précieuse provient surtout de Madagascar (ou bien du Brésil), mais le savoir-faire local persiste.

 

Restaurant de Serge et Marie-Aude Vieira

Château de Couffour

T° : 04.71.20.73.85

 

 

* L'ordinateur du domaine fêtera bientôt ses dix ans. Pour l'occasion, on va lui offrir un processeur plus rapide à mémoire RAM plus étendue. De cette façon, je vais pouvoir commencer à "photoshopper" proprement. Pour l'instant, un traitement d'images sérieux ne peut tourner sur la configuration existante et j'ai fait un collage à la main de mon illustration. Résultat bof-bof.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0