SALVADOR SE TROMPAIT

Au mouillage, en amont du pont de Capestang
Au mouillage, en amont du pont de Capestang

 

 

 

 

N'en déplaise au talentueux fantaisiste,

la croisière s'est beaucoup amusée. 

 

 

 

 

 

Grâce au sponsoring de la vioque du blog, nous avons pu parcourir une partie du long bief du Canal du Midi qui fait suite à l'écluse d'Argens, jusqu'à Capestang. Après trois années heureuses chez la grand-mère de Saint-Pons de Thomières, c'est chez l'autre mammie (maternelle) que Christine a passé sa jeunesse, à Capestang dans les environs immédiats de Béziers.

 

Son frère Thierry y occupe encore avec sa famille une coquette maison de charme à l'entrée du village, sous les platanes. Tout naturellement, il a pu nous rejoindre pour un frugal repas du samedi soir - du poulet à la basquaise fristouillé sur le petit réchaud du bord - rendu très convivial par du rosé du domaine et quelques cuvées Majou 2007. Pour le dessert, sa femme Paqui qui s'y entend pourtant très bien elle-même en toutes choses culinaires, a fait appel au boulanger-pâtissier établi depuis quelque temps dans le village. Il fut "MOF " - Meilleur Ouvrier de France - et lui a confectionné un gâteau au chocolat flanqué de mini-macarons à la framboise de très grande qualité. Merci, les Civale! 

 

Le dimanche matin, une "rasade" de macarons nous attendait également juste avant l'appareillage. Mais je vous parlerai de tout cela, images à l'appui, dans les jours qui viennent.

 

Larguez les amarres!

 

 

PS: on reconnaît, de gauche à droite, "Mina" docteur Dehaze-Charlier, Paqui et Thierry Civale, Christine Civale, Loïc Charlier et Stefke Pierre. Et moi, je suis derrière le déclencheur. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0