ON CHERCHE L’AMOUR DANS LA VIGNE

Le labour est dans le pré
Le labour est dans le pré

 

 

 

Enfin, c’est ce

qu’un coup de

téléphone m’a

suggéré.

 

 

 

 

 

 

 

- Si je suis Monsieur Charlier ? Oui da !

- Si je suis vigneron belge dans le sud de la France. Re-oui da.

- Si je suis célibataire ? Oui, pour l’état civil, et même divorcé,  mais je vis en couple. Alors, cela ne fera pas l’affaire !

 

Dommage, la voix était chaude, avec une pointe d’accent guttural. En fait, c’était une chaîne de télévision commerciale au nom rappelant la capitale d’un état grand-ducal, qui émet en Belgique et qui recherche des ... agriculteurs belges cherchant l’amour. Comme les vignerons sont des agriculteurs, pour les meilleurs d’entre eux en tout cas, et comme un petit guide des vignerons belges sévissant en France a été publié, Lia m’a repéré et contacté.

 

Hélas pour elle, je ne suis pas en quête d’âme soeur. Une longue – relativement longue – conversation s’ensuivit. Moi, j’ai appris que mon interlocutrice était de nationalité néerlandaise mais née au Mozambique ; nous avons même échangé quelques propos en portugais. Je lui ai tenu le raisonnement suivant : le vigneron belge en France est un « expat ». En tant que tel, il présente souvent quelques-unes des caractéristiques suivantes : débrouillard, curieux, inventif, entreprenant, décidé, volontaire sinon courageux. Bien souvent, il fréquente beaucoup de gens : salons viticoles, revendeurs, monde de la restauration et du spectacle, mass-media ... Enfin, ou bien il est pauvre comme Job – ça, c’est quand il exerce depuis quelque temps ce beau métier – ou bien il est plein aux as. Beaucoup commencent ainsi.

 

Ce type de personnalité reste rarement seul, ou en tout cas solitaire, longtemps. Ou alors, c’est parce qu’il en a décidé ainsi.

 

 

Bonne chance dans votre quête Lia mais ... patience ! 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0