LES TOURS DE VINIFICATION BOUTEILLÉ

 

L'ingénieur Bouteillé (Bouteiller ?) a proposé dans les années ' 70 un système de tour superposant plusieurs étages de cuves, qui permet une réduction significative du personnel nécessaire au décuvage.

 

 

En effet, à l'ouverture de la vanne de chaque cuve, le vin s'écoule facilement par le bas sous l'effet de la gravité et le marc suit à l'ouverture de la porte. Il est réceptionné par un système automatique.

A Estagel au moins, deux hommes suffisent pour décuver 3.000 hl !

 

En outre, la construction ne manque pas

d'un certain charme technico-archéologique.

 

 

ESTAGEL : UN SEUL ETAGE, PAR DEFAUT

 

La tour d’Estagel, commandée après une visite de celle de Routier, dans le Razès, ne verra jamais l’installation de son deuxième étage, pour des raisons économiques.

 

 

ROUTIER : DEUX ETAGES DANS LE RAZÈS

 

La coopérative du Razès, à Routier, possède ses deux étages de cuves.

Personnellement, je ne suis pas un adepte des vins rouges de ce coin, qui hésitent entre Atlantique et Méditerannée (cabernets, merlot, syrah, grenache ... ) et naissent entre les cannes de maïs et les tournesols, sur les sables et les argilo-calcaires. Par contre, tout le Limouxin fait merveille en blanc, je trouve, tant pour ses effervescents que pour les vins tranquilles.

 

Et Vive le Mauzac !

 

 

 

TERRATS : TROIS ETAGES SINON RIEN

A Terrats, l’Aspre se présente sous son meilleur jour. Outre les jolis vins qu’élabore Bruno Ribière avec son compère Ferrer, la coopérative Terrassous compte parmi les meilleures de tout le pays.

La cuvée « Les Terres Plates », son sommet de gamme, est même un bon vin du Roussillon. Ils possèdent une tour à trois étages, la seule qui existe.

 

La zone a été sévèrement grêlée cette année, en même temps que Fourques.