AU HASARD DES VILLAS DU WESTHOEK

Une ballade de flânerie

On commence par ce qui fâche :

Voici une jolie villa laissée à l’abandon, puis rachetée par un promoteur.

Il la transforme bientôt en ... horreur cubique dont l’affiche publicitaire proclame,

à juste titre sans doute,

plus-value garantie dès les premiers instants.

Je ne suis pas sûr que l’esthétique y gagne, elle, ni le charme, ni l’attrait.

 

 

A gauche, « La Vigie » à Coxyde, un ancien domaine militaire où les officiers réservistes avaient accès à un mess et des terrains de tennis. Ambiance « plouc » garantie. L’état belge s’est désaisi de ce bien et ... il est en ruine. C’était un bâtiment et un parc magnifiques.

A droite, jolie villa dans le quartier pittoresque de La Panne.

 

 

Balconets (en soutien, hihi) et loggias à La Panne

 

 

 

 

 

Goélands posés sur la plage de Coxyde et bronze sur la digue de mer.

Le vélo m’appartient et il tenait à figurer sur le cliché : c’est un cabot.

 

 

Pour d’obscures raisons, Manneken Pis

est devenu « nouveau bourgeois de Coxyde ».

Cette jolie ville d’angle à la rue P. Sorrel demeure la seule d’une rangée

aussi mignonne qui existait dans mon enfance.

 

 

 

Vous voyez, quand vous voulez !

Cette résidence moderne, respectant le style de son quartier,

ne dépareille pas du tout les environs,

même si elle ne présente pas le charme désuet

de ses voisines du début du 20ème siècle.

 

 

 

Et « Les Vagues Capricieuses », en bordure du « Quartier Sénégalais ».

Bâtiment érigé en 1906 et échangé par mon arrière-grand-père maternel contre une maison située à Oudenaarde : vive le troc !