mar.

14

juil.

2015

LE PROBLEME DES EAUX DE TABLE

La très jolie " Cascade à la naïade" de Muret (Aveyron)
La très jolie " Cascade à la naïade" de Muret (Aveyron)










Je bois

beaucoup d'eau

(aussi).














Tout d'abord par conviction sanitaire, ensuite pour éviter les ennuis liés à la déshydratation intracellulaire lorsque j'abuse des boissons alcoolisées et enfin car je suis goutteux, sans circomflexe et avec deux "t". 


A Corneilla, l'ancien responsable municipal de tout ce qui touche à l'eau de distribution m'a un jour menacé de procès en diffamation car j'avais osé écrire dans un mail privé (dont il a reçu une copie par erreur) que l'eau de ville n'était pas buvable. En effet, elle me rend systématiquement malade, moi (coliques, transit accéléré et surtout, goût infâme). Cela ne veut pas dire qu'elle est impropre à la consommation humaine ... mais tout juste.


Donc: bouteilles, systématiquement, y compris pour préparer les infusions et le petit expresso du matin, les soupes et les fonds. C'est pour moi l'occasion d'aller dans la GD (celle des deux frères allemands) faire le plein de tout ce que j'y achète: l'eau, le papier alu, le papier Q, la lessive liquide, les tablettes pour le lave-vaisselle, les brosses à dent (4 par an, soit autant qu'un Français moyen sur toute une vie) et parfois même un appareil électro-ménager de leur marque de distributeur.


Par contre, au restaurant, que faire ?

Les deux eaux que je préfère appartiennent, l'une à Danone (beurk) et elle contient pas mal de bicar', ce qui me convient quand le repas est un peu copieux, l'autre à Nestlé (encore plus beurk) mais elle contient beaucoup de sel et parcourt 1.000 km jusqu'à nos tables.

Parfois, on vous propose des eaux locales ou régionales: Sémillante, Salvetat, Queyzac, Carola, Soulzmatt, Bru, Chaudfontaine, Spontin ... et généralement ce sont elles que je retiens. Mais qui les vend, et que contiennent-elles ? 

Enfin, il y a les eaux "chic", dont celle de Louis XIV (!). Généralement, on vous les facture à 10 € sur table (Chaudfontaine aussi), un véritable SCANDALE qui mériterait une mention de blog à chaque fois, alors que vous savez que je n'approuve pas du tout cette attitude d'ordinaire. Mais là, il n'y a qu'un mot: du VOL.


Non, ce que je préfère, ce sont les établissements qui vous proposent une eau conditionnée sur place au départ de l'eau de ville. Par contre, je ne vois pas pourquoi certains clients s'attendent à ne pas la payer.

L'installation coûte cher, la vaisselle des flacons prend du temps et le service est le même. Ou alors, il faut qu'elle soit gratuite (et à volonté) mais que son coût soit répercuté sur le tarif de la carte.


Il existe à présent des "goûteurs d'eau" et certains sommeliers se prêtent à ce jeu. Loin de moi l'idée de nier que le goût de l'eau varie fort en fonction de sa composition, mais en faire une "discipline " en soi tient, au mieux, du snobisme ou de la pédanterie, et, au pire, de la névrose obsessionnelle.


Une bonne règle: un verre d'eau pour chaque verre de vin.

Cela vous fait donc 1,5 litre d'eau à table par jour .... 


 PS: Je précise que mon gobelet à eau contient un volume plus

         important que mes verres à vin ! 




Écrire commentaire

Commentaires : 0