lun.

13

juil.

2015

UN LOGIS DE 10 ANS 

Il y a dix ans, je prenais possession des lieux
Il y a dix ans, je prenais possession des lieux

 

 

 


 

 

Hier, des milliers

de personnes 

ont souhaité

"Bon Anniversaire"

à

Jacques Berthomeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il devait même y en avoir de sincères. Moi, rentré tard de livraisons hier, j'ai préféré attendre pour faire coup double:

"Bon Anniversaire, Jacques, avec un jour de retard" et aussi

"Bon Anniversaire, vigneron Charlier" qui reçut les clés du

N° 11 de la rue de l'Eglise le 13 juillet 2005, il y a tout juste dix ans.

 

La période est un peu stressée et ne se prête pas aux réjouissances.

 

Nous avons bien développé les ventes sur l'exercice comptable précédent, et avons fait notre possible pour ne pas garder trop de vin en stock, en tout cas pour ce qui concerne le vrac, difficile à valoriser correctement sur notre appellation. Du coup; il y a eu un déstockage important. Tout cela était voulu.

 

Oui mais voilà, les banquiers sont avant tout des comptables. Une diminution d'inventaire peut entraîner, par le jeu des écritures, un résultat d'exploitation.en déficit.  Et ils n'aiment pas cela.

 

Je me retrouve donc devant le paradoxe d'avoir fort augmenté mon chiffre d'affaires et le prix moyen de la bouteille vendue, en dehors de "bradage" donc, sans que les charges ne grimpent, en compensant toute la vente de vin en bouteilles par des nouvelles mises (à une hauteur équivalente aux sorties), d'avoir également "écoulé" une bonne partie du vrac qui m'encombrait et pour lequel je n'ai pas de marché en vue, et d'avoir rentré une petite récolte de raisin sain (malgré le mildiou omniprésent en 2014), mais de ne pas satisfaire mon organisme financier malgré cela.

 

Que voulez-vous que je vous dise?


 

Écrire commentaire

Commentaires : 0