UNE TABLE DISTINGUEE, VRAIMENT 

La très paisible piscine donnant sur la baie
La très paisible piscine donnant sur la baie


Les

"Logis de France" font payer (cher?)

à leurs adhérents

la possibilité

d'être présents

dans un guide.




Celui-ci est précieux, fourni mais assez peu pratique d'usage, je trouve. En dehors de cela, leurs critères de notation m'ont paru fiables et je l'emporte toujours avec moi au cours de mes déplacements. Je m'arrête souvent, pour le couvert comme pour le lit, dans cette sélection et nous comptons pas mal de clients parmi eux.


En leur sein, une soixantaine de maisons ont été reconnues

"table distinguée". Celle de Gilles Goujon à Fontjoncouse est l'une d'elles: il ne manquerait plus que cela, il est le seul triple étoilé Michelin de toute la région LR. 


L'histoire que je vous raconte à présent se rapporte à une autre.


Xavier Mahaut, architecte liégeois d'origine, a repris peu avant notre arrivée à nous dans le Roussillon le joli hôtel qu'il tenait de famille, tout en haut de la route de corniche qui permet de rejoindre Banyuls en quittant Port-Vendres. Il a très tôt été notre client et il a apporté, d'année en année, d'importantes améliorations au lieu, en "montant" sans cesse le niveau de la cuisine aussi. En outre, nous avons sympathisé avec cette personnalité douce et volontaire à la fois, sereine et décidée, persévérante.


Il employait, il y a 5-6 ans, un couple chef de cuisine-pâtissière de grande compétence, qui ont préféré lancer leur propre restaurant au début de la saison 2011, je crois. Vous dire la galère pour les remplacer au pied levé, d'autant que l'hôtel compte pas mal de résidents à la semaine. 


L'année d'après, il avait engagé un très bon collaborateur mais celui-ci a eu le mal du pays et n'a pas pu s'adapter aux rudesses de la terre catalane. Les chefs ont souvent un caractère sensible. Enfin, à l'aube de la saison 2013 je crois, Patrice Bouthet a fait route vers le sud et a pris possession des fourneaux. 


La façade avait entretemps fait peau neuve, les alentours de la piscine, l'agencement de la terrasse extérieure (la plus belle sur la côte catalane à mon avis) et la décoration de l'intérieur de la salle de restaurant avaient été revus aussi.


Et la cuisine a suivi. Très vite, la télévision régionale est venue tourner un petit reportage à l'improviste, les inspecteurs du Michelin ont décerné deux fourchettes à la maison et le titre de "table distinguée" a rejoint les distinctions du lieu.


Ce n'est que justice. Nous avons l'occasion de nous asseoir à Port-Vendres de temps à autre et nos trois derniers repas complets ont été un sans faute. Ajoutez à cela un lunch en semaine à un prix imbattable et vous aurez compris l'attrait de ce Jardins du Cèdre. Vous pouvez tout retenir: les entrées faites de fraîcheur et d'originalité, la marée qui provient d'un des rares petits métiers survivants, les pigeons de bouche, la volaille fermière et les viandes de Cerdagne (porc, veau et bête bovine, agneau ...). Le dessert - silence pour mon diabétologue - n'est jamais en reste non plus.


Enfin, la carte des vins recouvre quasiment toutes les zones du département, de Collioure au sommet du Fenouillèdes.


L'assiette serait macaronée un jour 

qu'on ne trouverait rien à y redire.




Écrire commentaire

Commentaires : 0