AU HASARD DES PROSPECTIONS

 

 

Après les "débats"

concernant le 

"mariage pour tous"

et après les

journées arc-en-ciel,

voici la pratique.

 

 

 

 

 

 

 

Vous savez que nous serions plutôt favorables (litote) à laisser aux couples homosexuels le libre choix: se marier s'ils le désirent, ou ne pas se marier dans le cas contraire. L'institution du mariage en elle-même a ses défenseurs, et je reçois bien leurs arguments, mais je n'en suis pas un inconditionnel moi-même. 

 

Par contre, si des gens le souhaitent, c'est bien leur droit d'officialiser de manière formelle, solennelle et légale leur union, qui qu'ils soient.

Fin de mon préambule.

 

Christine possédait une clientèle variée dans l'Hérault, son département de naissance. Malheureusement, suite à des changements de propriétaires, ou de style de certains restaurants, et suite à de nombreuses fermetures, nous nous trouvons à fournir uniquement les frères Pourcel, au Jardin des Sens de Montpellier et les adorables Evelyne et Olivier au Delphinium de Valras. 

 

Cela ne nous satisfait pas et elle prospecte. Après un travail préparatoire d'identification, elle souhaitait faire goûter nos vins dans un restaurant appartenant au style que nous recherchons: monsieur au fourneau et avec du produit frais et madame qui s'occupe des vins. Dring - dring ! 

 

Le patron répond à son coup de téléphone et elle lui explique notre démarche, le genre de vins que nous produisons et termine en signalant qu'elle a lu que c'est la patronne qui gère la cave et qu'elle aimerait prendre rendez-vous avec elle.

 

Sur ce, son interlocuteur lui signale avec gentillesse et beaucoup d'humour que c'est lui-même qui s'occupe des vins et qu'il n'a pas d'épouse mais bien un mari !

 

En fait, le restaurant a changé de mains après le départ des précédents gérants pour une ville côtière historique, mais internet n'a pas encore suivi. Il nous reste à identifier vers où s'est produit le déménagement.

 

Voilà le genre d'anecdote presque impensable il y a dix ans, en tout cas pas dans la même décontraction ni la même bonne humeur. La société évolue lentement. Malheureusement, d'autres avancées que nous pensions acquises sont remises perpétuellement en question.

 

Restons vigilants et ... bonne chance dans leur entreprise

aux deux maris du contact de Christine.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0