UN WEEK-END CENTRE SUR "LES DUCS DE JOYEUSES"

André Hardouin et sa petite "fille"
André Hardouin et sa petite "fille"

 

 

Hier,

nous accueillions

des habitués de l'hôtel

à Corneilla;

aujourd'hui,

nous mangions au bord de la cour d'armes

à Couiza.

 

 

 

 

 

C'est vers 10 heures, samedi, que David - un chauffeur que je recommande vivement * - me "livra" dans son minibus Mr Cornwall et son groupe d'amis, devant la statue d'Arago à Estagel: ainsi commençait leur "scouting trip" du Fenouillèdes.

 

Nous sommes montés jusqu'au Roc Blanc, pour profiter de la vue magnifique sur le Quéribus et sur Maury à ses pieds, sur Latour-de-France, sur le village d'Estagel, sur la face arrière de Força Real et sur le désert abandonné derrière eux par les sbires de Depardieu. La clique au gros Gégé a en effet arraché une bonne dizaine d'hectares de vieux grenache sur le coteau de Montner, peu après son arrivée. Il faisait grand vent et l'azur immaculé résonnait du bruit d'un des bras - brisé et pantelant - des mâts de mesure installés là il y a plusieurs années dans le but de définir les conditons d'implantation d'un parc éolien de plus, une horreur de plus, un crime de plus contre l'esthétique et contre le bon sens. Merci encore, Madame la Préfète, si vous y donnez le feu vert!

 

Ensuite, ces enthousiastes visiteurs venus du Derbyshire ont dégusté chez nous, au frais, à peu près toutes les cuvées qu'ils ne trouveront pas facilement - il faut aussi laisser de la place aux collègues des appellations audoises - à la "Table des Ducs de Joyeuse" chez qui ils font régulièrement des petits séjours gourmands, oenologiques et culturels. En garçon sage, je les ai libérés vers 12 h 30' pour qu'ils continuent leur périple vers Maury. Il n'y a rien de pire qu'un conférencier qui dépasse son temps de parole, sinon un vigneron qui empêche ses visiteurs de poursuivre leur programme. J'en connais pourtant. Un Libournais - excellent garçon par ailleurs - m'a confié il y a très longtemps: "Mon grand-père disait toujours que tout le vin qu'ils boivent chez toi, ils ne l'achètent pas chez les autres". Comme Sting, "I don't subscribe to this point of view". 

 

Aujourd'hui, pour la Fête des Pères, nous avons emmené "Tonton", qui considère Christine comme "sa - petite - fille" faire un tour dans la Haute-Vallée de l'Aude. Le menu "Renaissance" du château lui a beaucoup plu. Il aurait été difficile!

 

Jugez plutôt: une mise en bouche consistant en une sorte de quenelle de truite très fine nappée d'un velouté Nantua, suivie d'un tartare de truite de l'Aude toute proche (Elevage de la Gesse) très bien épicé (gingembre, Espelette et pommes surettes) et enfin d'un filet de mulet de mer cuit sur sa peau, et à la perfection. Pour le dessert, vous savez que mon diabétologue - que la peste l'emporte ! - refuse que je le mentionne. Mais le pâtissier a fait du bon boulot ! 

 

Christine m'a offert la nuitée ici pour mon anniversaire, il y a 7 ou 8 ans, sous la direction précédente. Nous en avons gardé un très bon souvenir, et notamment le petit-déjeuner pris dans la cour, sous le doux soleil de la mi-octobre. Depuis lors, chaque passage a vu la table s'affiner davantage. Il s'agit du même chef depuis plusieurs années (tant mieux!), mais je crois que le management l'encourage dans ce sens et que la clientèle, diversifiée, est prête également à une cuisine qui privilégie l'élégance et l'originalité. Les deux fourchettes de Michelin ne sont certainement pas usurpées. 

 

La carte des vins est équilibrée: beaucoup de crus du Limouxin, bien sûr, et je ne m'en plais pas, mais les autres appellations du Languedoc ne sont pas oubliées. Pour les P.O., vous n'irez pas boire d'autres vins ailleurs car Monsieur Nourrisson vous propose le mien, mais pas que ....  Lol, comme disent les djeuns

 

Et Tonton s'est vu offrir la bouteille

de blanquette rosé(e) de l'apéritif.

Elégant. 




PS: Un jeune chauffeur indépendant, serviable et très aimable,

        peut vous emmener à peu près partout dans

        le piémont cévenol: www.chauffeurconfort.com

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0