LE PEAGE, LA ZAD ET LA VIOLONISTE

 

 

 

 

Pour les sbires

- pourtant producteurs -

de la FNSEA, 

cette sympathique quinqua

est "persona non grata" sur le marché des producteurs

de Montauban.

 

 

 

 

 

 

C'est sur celui de Saint-Antonin-Noble-Val que je l'ai immortalisée, elle et sa marionette vivaldienne. Elle a même eu droit à son ECU, puisque c'est ainsi que l'euro a failli s'appeler : European Currency Unit, qui me plaisait. Mais les francophones obstinés ne comprenaient pas.

 

De source sûre (et fromagère), les trois refrains qu'elle entonne inlassablement  finissent par agasser quelque peu, à la longue, même si un séjour dans les plaines du Don, un autre dans Florence la renaissante et quelques journées dans les cabarets de Dublin lui ont donné ses accents cosaquo-vivaldo-gaéliques. Pas de couac en tout cas venant de sa boîte à cordes et beaucoup d'entrain dans son pantin, pratique pour le porte-à-porte.

 

Sinon, sa sympathique présence égaie l'atmosphère. Alors, pourquoi cet ostracisme montalbanais? Diable, c'est qu'elle soutient les "zadistes" et ça, les fachos de la terre ne le supportent pas. Comment je le sais? Devinez.

 

A propos, le péage de Toulouse sud, exploité - au même titre que les usagers - par la multinationale capitaliste Vinci, était devenu gratuit dimanche après-midi; en tout cas jusqu'à ce que l'arrivée de keuf n'en chassât les téméraires (simplement courageux?) sympathisants qui entendaient protester ainsi contre certains projets allant à contresens du bien public: le Barrage de Sivens, le Technopôle d'Agen-Garonne, le champ d'aviation de Notre-dame-des-Landes ...  

 

La petite économie réalisée nous a permis

de glisser la pièce aussi aux manifestants,

en nous disant: "Vinci, ainsi il l'auront dans l' ECU".

 

 

PS: Pour le pouvoir, une ZAD - zone d'aménagement différé - sert à

       établir des sociétés commerciales bien en cour dans des

       conditions favorables (pour elles) et grâce aux deniers publics    

       dans des environnements soustraits à la jouissance de la

       population en général, c'est à dire NOUS.

       Nous en avons fait des Zones A Défendre.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0