D'UNE PETITE MAISON A L'AUTRE

Le jubilaire et sa suite, repus et heureux
Le jubilaire et sa suite, repus et heureux

 

 


 

 

Certains ont

 

bien de la chance 

de fêter ainsi

le passage

d'une année.

 

 

 

 

 

 

 


Je vous ai déjà (ra)conté la belle histoire de Pao le gentil. Pao pour prénom car sa maman éprouvait beaucoup de sympathie pour tout ce qui est mexicain et "le gentil" car il est d'un abord adorable et avait, lors de nos premières rencontres, l'air beaucoup plus jeune que son âge. Moi, il m'a été sympathique d'emblée et Christine, qui a eu les premiers contacts avec lui, a toujours eu un faible pour ce jeune chef, qui fut le plus précoce des étoilés de France. On se souvient en effet que Pao Magny est devenu, à son corps défendant, maître du piano du Castrum (Villeneuve d'Olmes) lorsque Jean-Jacques Benet dont il était jusque là le second a quitté la route et ce monde en même temps. Et, chose rare - il n'avait guère plus de 20 ans - Bibendum lui a conservé le macaron! En plus, il possède aussi un solide bagage de pâtissier, accumulé à l'Amphytrion s'il vous plaît! 

 

Le 4 mai, vrai jour anniversaire de mon frère (un lundi), nous avons eu le plaisir de découvrir la nouvelle décoration de sa salle à La Petite Maison, et aussi l'ouverture vers "le lieu où cela se passe", façon cuisine ouverte. L'ancienne déco ne plaisait pas à tout le monde (à moi bien) car elle avait un côté "très coloré", comme pré-colombien aussi. A présent, on a opté pour du blanc et des gris très sobres. Il manque encore deux choses (cela viendra): une petite touche égayante (draperies colorées par exemple) et des dispositifs pour atténuer le bruit des autres tables, surtout quand des convives venus de l'Hispanie voisine, et qui n'ont pas les mêmes codes que nous, donnent libre cours à leur bel organe (vocal) et au téléphone portable.

 

Si vous visitez le site du restaurant - remis à jour aussi, dans le même esprit - vous comprendrez pourquoi notre "jeune ami" s'est laissé pousser les cheveux qui ondulent un peu, et a pris des joues. C'est que son fils a 8 ans et que sa compagne les nourrit bien tous les deux: elle est à ses côtés en cuisine depuis 4 ans maintenant et notre homme s'affiche en vrai trentenaire à présent.

 

En salle, c'est Tian qui officie depuis quelque temps aussi. Ce passionné de vin est "né dans la restauration": sa famille tient le meilleur restaurant asiatique - nous a-t-on dit, on doit encore le vérifier - de toute la région. Il a l'oeil à tout, un mot gentil pour tout le monde et une répartie qui sait faire la limite entre la taquinerie et l'insolence. On appelle cela "le ton juste". 

 

Mais ce qui n'a PAS changé, c'est la cuisine du chef: une carte courte mais parfaitement variée et complémentaire, faisant la part très belle aux produits locaux, ancrés dans son Couserans natal. Et il vous suffit de décider quelle est la taille de votre appétit pour choisir vous-même l'ordonnance de votre menu et sa composition sur 3-4-5 voir 6 ou 7 services. Ainsi, le Saint-Pierre que nous avions tous choisi était dosé avec raison comme premier plat chez mon frère et moi, plus abondant en plat principal chez Christine et scandaleusement copieux en plat unique à la carte pour ma mère. Vous ajouterez avec malice que ce beau poisson plat ne fraie pas dans l'Ariège et je vous l'accorde, mais si vous aviez eu cette délicieuse assiette sous la fourchette, vous ne feriez pas autant le mariole: exquis!

 

Enfin, au niveau de la carte des vins, vous en connaissez beaucoup qui vous proposent le Saint-Jo blanc de Courbis à un niveau qui vous permet d'en boire?

 

C'est ce qu'on a fait d'ailleurs.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Luisa Benning (samedi, 21 janvier 2017 23:54)


    Howdy! This is kind of off topic but I need some help from an established blog. Is it very difficult to set up your own blog? I'm not very techincal but I can figure things out pretty fast. I'm thinking about making my own but I'm not sure where to begin. Do you have any ideas or suggestions? Appreciate it