MIXED FEELINGS





Vous savez maintenant

que j'ai fait un bref séjour

à Coxyde,

à la fois lieu de naissance

et lieu de résidence de 

la vioque de ce blog.


Nous avons amélioré un peu 

la pitance quotidienne

à cette occasion.










Un boucher célèbre, dont la raison sociale prête un peu à rire et à jeu de mots (Dierendonck / Durendonck) possède un point de vente à St Idesbald, la station balnéaire voisine. Je me refuse à succomber aux fantastiques côtes de boeuf proposées dans différentes races, car les prix en frisent le ridicule (ex: 78 € / kilo pour le Gallego). Mais j'ai cédé devant le Lardo di Colonnata, qui supplantera bientôt le marbre dans la réputation de Carrare, et aussi devant le Bellota. Ce dernier coûte exactement le même prix que chez le spécialiste des halles de Narbonne, mais on en mange 100 grammes à deux, ce qui change la perspective.


Ce fut l'occasion rêvée pour comparer la Cuvée Majou 2008 et la Cuvée du Casot 2008. Nous avions décapsulé ces vins pour le sommelier du restaurant "En Marge" à Toulouse la veille, et 1000 km de voyage en pick-up "rustique" leur ont servi de système "Retour des Indes". La fluidité fruitée de ma cuvée générique a fait merveille, et la puissance du Casot encore plus: deux bons vins de jambon en tout cas. 


Ma mère découvrait à cette occasion ces deux "Delikatessen" et s'en est félicitée. Aimant une certaine opulence en d'autres circonstances et ne rechignant pas devant le faste en matière de spectacle musical, elle reste toutefois peu dépensière dans ses approvisionnements alimentaires. Fouillant dans les poubelles le lendemain matin, pour une raison encore obscure à ce jour, elle mit la main sur le ticket de caisse et s'est offusquée des tarifs pratiqués. A la quarantaine, elle roulait en Porsche et fréquente encore le plus assidument possible les salles d'opéra, mais pour la charcuterie, elle reste bloempanch


Chacun ses choix. 


Écrire commentaire

Commentaires : 0