LA MER DE TOUS LES DELICES 

 






Un petit repas léger ...

au commencement 

en tout cas.












C'est la mer qui nous a fourni l'essentiel, via les halles de Narbonne. Forcément, les Alduy - père et fils - et leur clique ont détruit celles de Perpignan. Quelques morceaux de thon, qui sentaient la mer et non le poisson, comme il se doit, ont rejoint les asperges sauvages que "la chasse" de l'ACCA du village nous a offertes. Merci au père de Marielle et de Nathalie: son gibier nous a nourris en décembre et sa cueillette améliore le quotidien du printemps. On avait aussi reçu des cèpes et d'autres champignons à la mauvaise saison. Je trouve qu'il pourrait encore faire un petit effort sur la truffe .... 


La salade vient de chez Patrice Ey et, achetée à la fin de la semaine passée, "triée" d'emblée et gardée au fond du frigo dans une boîte hermétique, elle est comme fraîche. Quant à l'oeuf qui m'a un peu lié le tartare (une "mayo" très légère avec un citron de jardin perpignanais banlieusard), il a été pondu dans la ville natale de Christine: c'est un Saint-Ponais. D'ailleurs, il parle occitan et est de bonne humeur, même quand on lui casse la ... coquille (attention à bien écrire toutes les lettres de ce mot). 


Là-dessus, une de ces quilles sans prétention: un Riesling du domaine Gilg à Mittelbergheim, chez qui je suis client depuis que j'ai 16 ans. Vif, presque sec, il serait parfait si on l'élaborait sans sulfite. 


Allez, zou, voici un bon petit lubrifiant pour le gosier

avant de passer au dessert.



Écrire commentaire

Commentaires : 0