PAS DE LA TARTE !

 

 

 

 

 

Une seule bougie,

pour l'anniversaire

de mon frère Thierry?

A-t-il dix ou bien onze ans?


 

 

 

 

 

 

 

Le suspens est à couper au couteau!

Rien de tout cela. Ce qu'on fête, c'est le premier anniversaire de Nathalie Hubert, en ce 30 septembre 1970. Et ce qui est certain également, c'est que c'est le Wallon de l'Année 2014, fondateur du Jardin Pairi-Daiza, qui tient son gâteau d'anniversaire.

 

Nous nous étions réunis dans la salle à manger du premier étage du domicile familial de mes parents, près de la "maison communale" (la mairie en Belgique) d'Etterbeek, en plein coeur de Bruxelles. C'est Anne Fontenelle, la maman de ma filleule, qui a retrouvé ce vieux cliché, bien à propos.

 

Cela fait dix ans tout juste (12 février 2005) que j'ai donné mes premiers coups de sécateur dans la vallée de l'Agly. Mais cette photo a plus de 45 ans, et le parc PDZ plus de 20 années d'existence déjà. Hora fugit.

 

Vous dire que ce furent dix années de bonheur parfait serait mentir. Si j'avais su par avance la quantité de papiers qu'il me faudrait remplir, et les difficultés que j'éprouve à commercialiser le vin de manière constante et harmonieuse, il est probable que j'aurais renoncé.

 

Mais, du même coup, je me serais privé de ce qui compte parmi les plus belles joies de mon existence: la fermentation qui démarre en septembre 2005, les mises en bouteilles au printemps 2006, les premières ventes, au contact du public, chez Xavier Erken, peu après. Ensuite, ce furent les distinctions obtenues par mon premier millésime (3 étoiles au Guide Hachette de 2008 pour la Cuvée du Casot 2005, et une étoile pour la Cuvée Miquelet 2005), les journées passées ici avec mes enfants, le plaisir d'aller acheter du pain dans le village ....

 

Ce fut aussi de la fatigue, de la vraie fatigue, saine mais ... fatiguante.

 

Ce furent les prémices du diabète, que j'avais déviné bien vite, puis son développement flamboyant, suivi d'une équilibration aisée. Il ne me cause quasiment aucun ennui à ce jour.

 

Ce fut le contact avec les premières vraies dettes de ma vie, le caractère implacable des institutions bancaires et la très maigre compétence de leur personnel. Mais ce fut aussi le soutien des amis, les vrais. Certains m'ont aidé directement aux moments les plus tendus, d'autres m'ont soutenu par leur clientèle très bienveillante. Mais le plus beau cadeau, c'est la confiance qu'ils continuent de m'accorder.

 

Enfin, un brin d'autosatisfaction: j'avais espéré élaborer un bon vin. Jamais, dans mes rêves les plus fous, je n'avais pensé atteindre un tel niveau de "délicioseté" (délice en français correct). Ce n'est pas moi qu'il faut féliciter, c'est la nature de la vallée de l'Agly et l'enseignement de tous ceux qui m'ont appris le b.a.ba du métier, par leur exemple.

 

Je crois qu'il y a un parallèle entre PDZ et CM. Il y a dix ans, et surtout avant, Eric Domb ramait pour parvenir à développer son rêve, contre la finance, contre les jaloux mais avec le soutien des siens et la certitude de l'excellence de ce qu'il avait imaginé. Sa ténacité a fini par l'emporter.

 

On lui avait donné UN FRANC SYMBOLIQUE pour son Brugelette, une aumône pour son Domaine de Cambron. Et le voilà au seuil du million et demi de visiteurs par an, à califourchon sur ses éléphants et en train de carresser ses pandas.

 

Bravo, Monsieur le Wallon de l'année.


 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Thierry Charlier (jeudi, 12 février 2015 11:38)

    Il y a dix ans et demi d'écart entre mois et Nathalie Hubert. C'est donc l'année 1969

  • #2

    Luc Charlier (jeudi, 12 février 2015 11:59)

    Je pense aussi, au vu des tronches. mais pq une seule bougie?

  • #3

    Anne (jeudi, 12 février 2015 18:47)

    parce que c'est l'anniversaire de Nathalie.....

  • #4

    Luc Charlier (vendredi, 13 février 2015 09:12)

    Et lux fuit: merci Anne. On est donc le 30 septembre 1970 et ta fille a un an.