UNE DIGESTION DE PLUS DE TRENTE ANS


Fouillant toujours

mon passé argentique,

ne voilà-t-il pas que

je tombe nez à nez,

mais aussi bouche bée

(comme Marc) avec ce cliché.




Deux vétérinaires, un chirurgien et une monitrice de nursing y croquent à belles dents un plat que je leur ai sans doute préparé. Quelques mois plus tard, je quittais cette agréable location à la Steenweg op Brussel de Grand-Bigard. Elle est à présent remplacée par un immeuble de rapport et le beau grand jardin, avec son petit bois et sa serre à raisins de table, ont disparu. 


C'est là que nous avons vécus, horrifiés, les événements de Tchécoslovaquie du début des années '80 dans le sillage de la Charte 77 en craignant un deuxième "Printemps de Prague". Les détails m'en échappent à présent. C'était avant ce qu'on a appelé la "Révolution de velours", mais je me souviens d'avoir anxieusement écouté la radio depuis la chambre aux murs partiellement recouverts de lambris par mes soins, un cache-misère pour l'humidité de la paroi qu'ils recouvraient.


Pourtant, la libération finale de ce pays n'eut lieu qu'en 1989, époque à laquelle j'habitais déjà une autre commune de la périphérie bruxelloise: Wemmel.


Mais ceci est une autre histoire. 



Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Thierry Charlier (mardi, 10 février 2015 17:46)

    Je n'avais jamais vu cette photo ! Cela doit être en 1982 !

  • #2

    Luc Charlier (mardi, 10 février 2015 18:08)

    Sans doute: on a pris la location après mon diplôme (juin 1981) et nous sommes partis vers juin-juillet '84.