LE MÊME TANDEM





Je vous montrais

ces deux chéries

ICI.







C'est vrai qu'elles ont grandi un peu entretemps (20 années d'écart). Moi, ce qui m'intéresse, c'est la pérennité de nos contacts humains.


La photo est de piètre qualité. Un petit Coolpix (acheté rue du Midi pour immortaliser les 18 ans de la miss) a travaillé dans des conditions difficiles: éclairage mixte bougie/lumière tamisée, renforcé par le petit flash incorporé. La photo a ensuite été redimensionnée et on a gommé (plus ou moins) les yeux rouges. N'empêche, Virginie, qui avait les crocs, attend patiemment de pouvoir entamer son entrée (accompagnée d'un pinot blanc de bonne facture) tandis que Céline, qui nourrit bien entendu encore son jeune Jack (1 mois à peine) en reste à l'eau minérale.


A l'été 1995, le Xavier de ce blog et sa compagne d'alors, les parents de Céline, les miens également et mes trois enfants partagions un logis en plein coeur du Razès, dépendance du Château de Gramazie. Celui-ci a depuis lors été transformé en un complexe de chambres d'hôtes de luxe et de salles de séminaire. En guise d'excursion, une sortie nous avait menés sur le finage de Maury et au pied du Quéribus. C'était en plein mois de juillet.


Lundi passé, c'est dans la "grange" retapée en splendide maison d'habitation avec passerelle centrale formant mezzanine que nous avons fêté les 24 ans de la Loute. Entretemps, les couples se sont défaits: mon père est disparu, la maman de Céline aussi, celle de Virginie et moi nous sommes séparés, Xavier a, lui aussi, "usé" plusieurs cavalières. Mais l'amitié demeure: Yves me reçoit fréquemment lors de mes séjours belges et me rend visite en France et les deux "filles" se sont retrouvées à Jodoigne, région où elles habitent toutes les deux, par hasard.


Pour William, l'aîné du nourrisson, âgé à présent de 2 ans et demi et très déluré, c'est la Cuvée Majou qui le réhydratera un jour. Pour Virginie, guère portée sur le rouge ces dernières années (snif !), c'est donc la Cuvée Civale qui l'abreuve.


L'automne qui finira par venir, après les vendanges dit-on, me verra entrer dans ma soixantième année. Au terme de celle-ci, j'espère réunir en un grand festin ce petit monde, et bien d'autres ! 


Je vous y donne rendez-vous. 



PS: Une information de dernière minute m'apprend que l'aînée de Xavier, justement née en 1995, vient de réussir son Jury Central. La famille Vanderghinst, qui a gardé le bras long, a pu s'assurer du concours du célèbre faussaire Ephraïm Yaksadvrè - celui-là même qui avait fabriqué le diplôme de l'école des Glénans de Xavier - pour lui confectioner le brevet. Nous les félicitons tous, mais surtout la lauréate. Amandine était en fait présente à Gramazie ... au plus profond du ventre de sa mère, Murielle, qui faisait plus que s'arrondir à deux mois du terme.



Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    van der ghinst (vendredi, 06 février 2015 18:48)

    enfin un diplôme dans la famille et vive l'amitié

  • #2

    Luc Charlier (vendredi, 06 février 2015 19:40)

    Oui, Xav. Vive l'amitié. Ma Virginie a renoncé aux "humanités". Elle entame à la rentrée une formation "gestion hôtelière" en alternance pour adultes et gère dès à présent deux établissements cafét/sandwicherie (service, bar et petite restauration). Elle s'éclate et le Papounet est ENCHANTE.