MARIA, PLUS QUE LA "MEUF" D'UN BV


 

L'année recommence vraiment aujourd'hui pour moi,

après 15 jours où j'ai été très lackadaisical,

nonchalant, dilettante.

De manière symbolique, car

ce blog n'est pas une page publicitaire déguisée

- c'est d'ailleurs un de mes nombreux défauts en

matière commerciale -

c'est d'une artiste

que j'ai décidé de vous parler

en ce lundi de reprise.

 

 

 


 

Je l'ai rencontrée il y a un peu plus de vingt ans: elle était d'abord l'épouse d'un "BV".

 

Un BV?

Dites "Bee-vee" et vous aurez l'abbréviation de Bekende Vlaming.

L'équivalent de la notion de Flamand Célèbre n'existe que très peu dans la partie francophone de la Belgique. D'une part, les contacts non-politiques avec l'autre communauté linguistique sont limités et, d'autre part, on regarde beaucoup les chaînes de télévision françaises, qui bien entendu ne font pas la part belle à la belgitude.

 

En Flandre - je n'ai pas dit que les chaînes hollandaises n'y ont aucun écho - la télévison nationale est fort suivie et devient "BV" toute personne qu'on y aperçoit souvent, dès lors qu'elle a une personnalité forte ou marquante. L'une d'elles est Herwig Van Hove, dont je vous parle régulièrement. A la fin des années '80, il était un journaliste oenologique (et gastronomique) très en vue et animait une émission de cuisine en direct très regardée: "1000 seconden", en plus de son poste de ... professeur de physique à la Katholieke Universiteit Leuven, excusez du peu. Nous nous sommes croisés au dégustoir, pas dans des amphis, et il m'a pris en sympathie. Mais là n'est pas le sujet.

 

Peu après, j'ai rencontré sa femme - la seconde pour être précis - qui avait quant à elle eu une première vie aussi, aux côtés d'un ... médecin.

Il s'agit de Maria Van Herreweghen

 

Depuis sa plus tendre enfance, celle-ci n'avait de cesse que de s'occuper les doigts, alors que je pense qu'elle est logopède/orthophoniste de formation. Ce genre de métier exige de la patience et c'est certainement un des traits de son caractère*. Niet waar, Herwig ? C'est sans doute pour cette raison aussi qu'elle a pu me supporter.

 

"S'occuper les doigts" est rapidement devenu une seconde peau et la "petite Maria" est allée d'école de dessin en cours d'arts plastiques, commençant modestement à la kunstacademie de la place de la Vaillance, près du stade du RFC Anderlecht, là-même où Virginie (La Loute) a appris à chanter et à assimiler des rudiments de solfège (et non "solphège", merci à mon relecteur attentif). Cela s'est terminé, provisoirement, à la prestigieuse Henry Moore Foundation où elle fut même "artiste en résidence". Et puis ... une longue période au ralenti. Elle a changé de vie, s'est adaptée avec ... patience (et amour) au train de vie d'Herwig, laissant sans doute mijoter sur son feu intérieur toute la potée artistique qu'elle portait en elle. Enfin, il y a 2-3 ans environ, elle a commencé à dépoter!

 

Inscription à l'académie de Louvain, en tant qu'élève "normale", càd avec un horaire chargé, surtout dans le but d'y être soumise au regard des autres, car je ne crois pas qu'elle a encore beaucoup à apprendre au niveau de la technique.

 

Recherche de matériau noble, y compris des blocs de marbre brut ramenés de Carrare. 

 

Reprise de modelages de terre glaise, notamment pour de très jolis bustes expressifs de ses proches, vivants ou défunts.

 

Je ne trahirai pas de secret en révélant que Maria est "dans la soixantaine"

- l'expression de son visage n'a pas changé depuis que je la connais - et elle donne l'impression de renaître à une nouvelle vie. Bizarrement, elle ne cherche pas forcément la célébrité, même si la reconnaissance des amateurs compétents la motive sans doute. C'est rarement elle qui parle de son oeuvre en premier d'ailleurs. Elle a sans doute pu ressentir tout ce que la "célébrité" comporte d'inconvénients - et d'avantages aussi - auprès de son BV de mari et suit à présent son petit ... bonhomme de chemin à elle.

 

La "meuf du BV", profession: sculptrice, cisaille son propre destin! 


 

PS: De vous à moi, et il ne l'avouera pas, Herwig en est très FIER ...

 

*: J'ai eu bien du mal à épeler "caractère". La troisième tentative fut la bonne.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Thierry Charlier (lundi, 05 janvier 2015 12:58)

    Peu de W.C en Wallonie, pour une raison évidente...

  • #2

    Luc Charlier (lundi, 05 janvier 2015)

    Il fallait oser la faire, celle-là. Bien vu.

  • #3

    Thysebaert (mardi, 06 janvier 2015 17:36)

    Ouille-ouille... la co(q)uille musicale : fa sol, solfa, solfège !