UN "MAHOUT" PRESENTE SES VOEUX A MAJOU 

 


 

Le créateur du

Jardin des Mondes

m'a présenté ses voeux, ainsi qu'à vous.

 

 

 

 

 

 

En effet, Eric Domb, le "chef" du parc PAIRI-DAIZA, vient de me dédicacer le beau calendrier de l'année 2015.

 

Je connais Eric Domb depuis 50 ans. Il est d'une politesse exquise, mais sait aussi se montrer cavalier. Ainsi, je me souviens de lui, bien en selle dans les pinèdes autour de Keerbergen. Et il sait entrer dans des polémiques avec finesse, à fleuret moucheté. En effet, il est un excellent escrimeur aussi. Je pense même qu'il a été champion de Belgique, au moins chez les juniors. En outre, nous avons failli (deuxième place) remporter le titre par équipe ensemble en 1975 ou 1976, si ma mémoire est bonne. Vous comprenez (assiette et pointe) qu'il n'a eu aucun mal à obtenir, en Thaïlande s'il-vous-plaît, son brevet officiel de cornac. 

 

Il était donc normal que ce fussent les éléphants qui nous rappellent à son bon souvenir et réciproquassent les voeux de Coume Majou: Bonne Année, Eric,

à toi et à toute l'équipe de Pairi-Daiza.

 

Le Majou de Corneilla salue le mahout de Pairi-Daiza.

 

Pourtant, nous avons tous vu - vous non? Alors ==> vidéo - les pandas géants faire les fous dans la neige à Brugelette. Et Eric est aussi un bon skieur. Il aurait donc pu nous montrer comment ces gros ours font de la luge en cachette avec leur directeur. Mais sa discrétion l'en a empêché.

 

J'aurais aimé pouvoir vous signaler qu'on est en train de planter du carignan au Domaine de Cambron, mais ce n'est pas vrai. Les brasseurs du coin n'ont pas voulu. 

 

Savez-vous, l'exercice est terminé et l'activité du parc est très transparente - vous pouvez disposer librement de tous les élements concernant la gestion sur le site - que, malgré le temps passablement mauvais de cet été, le jardin a reçu le nombre incroyable de plus de 1.350.000 visiteurs? Cela m'inquiète d'ailleurs. Imaginez que chaque visiteur prend un repas complet sur place, ce qui est concevable car la restauration y est accueillante. Et imaginez qu'un visiteur sur deux boive du vin, ce qui est raisonnable aussi. Imaginez qu'une bouteille sur dix soit issue de ma production, ce qui est un objectif marketing envisageable dans un endroit de qualité. Eh bien, chers amis lecteurs, je serais alors obligé de m'expatrier en ...

Chine pour y planter de la vigne.

 

Mais, j'y pense: Eric, et si tu m'échangeais contre des pandas ?! 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    A.Domb (mardi, 06 janvier 2015 18:02)

    bonne description d'Eric.
    Mes meilleurs vœux à tous deux avec un verre de Majou en main