NI PRATER, NI TIVOLI ...

 

 

 

 

... le Castillet, tout simplement.

 

 

 

 

 

A l'endroit même où le capitaine du 15 de Perpi avait reçu le "plantxot" il y a quelques années, à la place des patinoires (modèle réduit) des hivers précédents, le comité des fêtes de la ville a laissé ériger une Grande Roue. Que le maire ait soutenu une érection aussi spectaculaire en cette période de mollesse de la conjoncture ne peut que nous étonner, alors que des voix s'étaient élevées contre les dépenses liées aux illuminations précoces. Moi, je m'en réjouis, car j'adore ce joyau de nos fêtes foraines. Fort de ce qu'elles se brisent ni ne se coincent que rarement, j'ose m'y faire balader à plusieurs dizaines de mètres du plancher des vaches. J'avais vécu ce bonheur devant l'Ecole Normale Charles Buls et au "Vismet" de l'île Saint-Géry, ainsi que devant les églises de Maastricht, à Vienne et à Copenhague. Pour une fois, j'en oublie ma peur du vide, le "faux-vertige". 

 

Je convaincrai Christine de me suivre dans une des nacelles, d'où je tirerai

de jolis clichés du quartier de la Llotja de mar. Je suis sûr qu'elle aussi voudra profiter de cette aubaine, sans devoir attendre le renouvellement hypothétique de cette érection l'année prochaine.

 

Quatre euros la course pour un coup

d'oeil aussi spectaculaire,

ce n'est pas cher payé.

Je suis certain que, ayant vendu tous leurs calendriers,

les pompiers seront aussi de la partie.


 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0