ELLE A LES FESSES AU CHAUD



Dans un moment de lucidité, Renaud Séchan s'inquiétait

du bien-être des modèles

de Maillol exposés dans les jardins publics parisiens.





Dans le hall de l'hôtel de ville de Perpignan, là où les tenants du clan Alduy avaient sorti de leurs chaussettes des bulletins de vote illégitimes, une magnifique sculpture de l'artiste banyulenque - inspirée par Dina Vierny sans doute - siège en permanence au milieu d'une vasque décorée de faïence (un peu à la manière de Chagall). C'est je pense un original, alors que la plupart des oeuvres de ce maître ont dû être remplacées par des copies à Perpignan, suite à des vols et des dégradations, ou alors pour empêcher celles-ci. Jacques Brel s'interrogeait: - "Pourquoi ont-ils tué Jaurès?". Voilà la réponse à la question similaire: - "Pourquoi ont-ils copié Maillol?". 


Cette demoiselle a été mise bien au chaud cette année, une décoration de Noël argentée venant changer l'ambiance de cet exhibit. Comme je ne suis pas un "critique-tout", je trouve l'effet réussi. Je suggèrerais même au service culturel de la mairie de faire comme avec le petit pisseux emblématique de ma ville natale et de la doter d'une garde-robe folklorique. On aurait ainsi notre "Meiskepis" de Perpignan, une "Gêirebluut" pour faire pendant au caganer


Wâ peînste gij ? 



Écrire commentaire

Commentaires : 0