PLUTÔT DON DIEGO QUE ZORRO



Ô rage, ô vieillesse ennemie

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie?





Je comprends d'autant mieux Don Diègue que mon bras aussi commence à faiblir.


Il est des circonstances dans la vie de tous les jours où les faibles et les opprimés n'ont d'autre recours que l'anonymat pour alerter l'opinion. Soit.


Mais sur le net, nous devons TOUS rejeter les interventions publiques qui ne mentionnent pas leur auteur. Généralement, il s'agit d'une attaque ad hominem. Je les affectionne. En effet, il est bon, moralement, mais peut-être délétère socialement ou financièrement (c'est un autre sujet), d'exposer clairement et sans détour ses griefs. Ceci oblige aussi, sous peine de passer pour un menteur, un imbécile ou un jaloux, à mesurer la portée de ce qu'on affirme et aussi sa véracité.


Après, il faut aussi que l'agressé, "l'autre", ait une possibilité illimitée de se défendre, se justifier et présenter sa propre version. 


Je "poste" fréquemment des commentaires sur les blogs amis, trop diront même certains. En trois ans de "vie cybernétique publique", j'ai eu souvent l'occasion de défendre l'idée que des interventions "anonymes" devraient être non pas censurées (= modifiées, épurées, amendées) mais tout simplement éjectées par le "propriétaire" du media, au moins jusqu'au moment où leur auteur se ferait connaître et reconnaître, "loud and clear". Dans ce dernier cas par contre, il me semble qu'on peut TOUT dire et écrire, sans aucune exception, même à mon encontre. 


Bien sûr, ne soyons pas naïfs, ceux qui "offrent" ces espaces publics d'expression (les annonceurs, cryptiques ou à découvert; les services de renseignement des états, donc le grand capital qui les dirige, les grands groupes industriels et bancaires) ont tout intérêt à ce que les "participants" (lisez, les fournisseurs d'information gratuite) soient le plus nombreux possible. Il faut donc inclure les anonymes et autres lâches pour "élargir sa base".


Donc, pour les démocrates au sens propre, ce n'est pas gagné ! 








Écrire commentaire

Commentaires : 0