UN SAMEDI MIDI A LA MER 

 

 

 

 

 

 

 

D'où ils viennert et ce qu'ils se disent /

Pas la peine que je précise /

On est tout simplement, simplement /

Un samedi midi à la mer ....

 

 

 

 

 

 

 

Je paraphrase le troubadour d'Astaffort. Les paroles émises par le "Tonton" de Christine - "Let's call him André" car il ne s'appelle pas Ismaël - seraient plutôt: "Oh merde alors (alternative, pûûtain), v'là qu'y nous prend en phôôto!" avec des accents à la Maurice Chevalier. Car notre horticulteur préféré fêtait hier ses 89 ans. 

 

Et j'ai triché.

 

Je ne cache pas certaines difficultés à développer vite notre volume des ventes, et donc à générer une masse financière confortable, comme diraient les analystes financiers à la langue de bois. En clair: on ne fait pas de folie. Chaque fois que je me rends en Belgique, je file vers la rue Ernest Solvay à Ixelles. J'en profite pour passer devant l'Athénée où feu mon grand-père a enseigné le grec et le latin, et où mon père a "appris dès son enfance tout ce qui ne lui servira pas". Je jette un oeil (humide comme une collégienne à un concert de Patrick Bruel) au petit restaurant grec qui nous accueillait quelquefois, Patricia, quelques autres et moi, au temps de notre vie estudiantine. Et je lèche la devanture .... du revendeur de matos photo de seconde main qui fait pendant au collègue vendant du neuf sur le coin de la place Saint-Bonif'. Chaque fois que je reviens bredouille, je glisse un billet (de banque) dans une enveloppe, en attendant. Si c'était une pièce (de monnaie) plutôt qu'un chiffon de papier, je devrais écrire "En attendant Fotot". Drôle. 

 

Or, comme Dieu - slash - le hasard - slash - la patience - slash - font bien les choses, le revendeur de la place de la République à Perpi propose lui aussi une activité d'objectifs d'occasion bien fournie. Depuis deux petites années, je l'ai chargé de me trouver un télé-objectif japonais de qualité à un prix qui me convient. Les deux derniers me sont passés sous le nez mais l'un d'eux a été récemment reproposé à la vente par son acquéreur, qui préfère à présent passer au zoom. Et voilà donc l'enveloppe-tirelire vide, mais mon sac à photo plus riche d'un 180 mm passant pour la meilleure optique de son fabricant, et ce depuis 30 ans. Il est en parfait état et m'a coûté 40 % du prix catalogue, avec son étui d'origine. Le pare-soleil est téléscopique, d'origine aussi. 

 

Et j'ai donc triché pour le cliché.

 

Je me suis éloigné sur la grève le long de la face arrière de Notre-Dame-des-Anges, ai réglé le pausemètre - comme on disait de mon temps - sur la fonction "portrait", et ai fait "clic" subrepticement. Mon sujet s'en est aperçu d'un coup, et a tiré cette moue étonnée. Je trouve le portrait splendide et l'algorithme du fournisseur a rempli son office: pleine ouverture, vitese d'obturateur élevée. Les conditions naturelles de luminosité, l'arrière-plan, ses couleurs ont fait le reste. Comme pour mes vins, je crois que les meilleures - moins mauvaises ? - photos sont celles où je réunis les conditions pour faire bon, mais où mon intervention se borne à cela. Les "photographes de génie", comme les "vignerons de talent", cela n'existe pas.

 

Le visage d'André est très expressif, occupe le centre du champ. Sa couleur, qui tranche d'avec le portail et surtout avec le châle de Christine au second plan, ainsi qu'un effet bokeh pas trop marqué, mais suffisant, permettent d'isoler ce centre d'intérêt du reste de l'environnement. Et l'attitude attentive de Christine, en retrait et dans un léger flou atténué, ajoute à la douceur de la composition. 

 

Le tout est pur effet du hasard. J'a préparé mon "coup", mais ai ensuite déclenché à la hâte, sans préambule ni mise en place. J'adore le cliché et le pense digne d'un concours d'amateurs. Toutefois, c'est la technique qui a tout fait. Je ne suis de toute façon pas un adepte de la "propriété intellectuelle" et vous pouvez tous utiliser gratuitement l'image. Ce serait sympa de mentionner l'auteur; sympa seulement.

 

Et bon anniversaire, André ! 

 

 


 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Patou (dimanche, 14 décembre 2014 12:11)

    Et avec un jour de retard: bon anniversaire, tonton! Gros bisou de Belgique :)

  • #2

    Luc Charlier (dimanche, 14 décembre 2014 13:32)

    De Belgique? Tu n'es pas dans les Savoie?

  • #3

    Philippe Zone (dimanche, 14 décembre 2014 14:53)

    André ou Maurice...un seul homme ...épicurien de la vie... que l'on vous envie de côtoyer régulièrement. Joyeux anniversaire Tonton..