ABRIVADO ... DANS MON ASSIETTE

Je leur ai laissé les oreilles et la queue
Je leur ai laissé les oreilles et la queue

 

 

 

 

Jolie entrecôte taurine,

et son verre de

Cuvée du Casot 2008.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En face du parking de la gendarmerie du Grau, le boucher proposait du saucisson de taureau et différents quartiers de viande. 

 

Mes expériences se limitaient à la fameuse "gardiane", sorte de carbonade en fait, et à une brochette fort savoureuse dévorée sur la place de Maussanne dans les Alpilles. J'en avais gardé une impression très viandeuse, comme avec une vache de Salers ou de la biche, et d'une fermeté agréable des faisceaux musculaires. L'entrecôte que voici - une minute sur le grill TRES chaud, puis 3 minutes sur l'autre face après avoir coupé le gaz, et 5 minutes au four pour laisser se redistribuer les sucs - a confirmé tout cela, un petit côté "mouton" en plus (goût fort). J'ai confectionné une sauce "marchand de vin" bien sûr, avec un rien de chocolat noir en plus et du piment d'Espelette; et servi le tout avec des petites rattes. Le Casot 2008, sans doute le vin le plus affirmé de toute ma production à ce jour, a tenu parfaitement tête à tout cela et ce sont trois heureux qui ont commencé leur digestion, après quelques éclats de chèvre du Vaucluse et un petit banon fermier délicieux, achetés sur le marché d'Apt. 

 

Il a raison, le gentil troubadour d'Astaffort, 

dont il n'a jamais été premier magistrat cependant:

"Mataremos otros".

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0