ON Y REVIENT

Repues, et devant la Chartreuse (verte)
Repues, et devant la Chartreuse (verte)

 

 

 

Oui, je fais dans le lourd.

Vous avez vu la touche

des dîneuses? 

Se sont pas fait tarter,

apparemment.

 

 

 

 

 

Avant le double plat de résistance luberonais, nous avons bénéficié d'une double entrée également. Sauf ma mère: d'une part elle est allergique aux mollusques (réellement, avec anaphylaxie et tout, quelque soit le mollusque); d'autre part, elle préfère ne pas multiplier les services lors du repas du soir."La sagesse vient en mangeant", dit le penseur. 

 

Cette double entrée fut joyeuse, ce qui est normal pour des ressortissants d'origine belge*, et nous offrit des godefiches - attention à l'orthographe - en deux versions aussi exquises l'une que l'autre. Comme la pêche de cette espèce vient de commencer, les coquilliers frétillent encore du gouvernail, alors que jadis, d'après mon maître à écrire (G. Flaubert), ces bivalves se ramassaient parmi les méduses, à marée basse tandis que "(...) les enfants couraient, pour saisir des flocons d'écume que le vent emportait". Quelle belle évocation. 

 

Nos premières saint-jacques avaient été "contisées", ce terme signalant que de petites incisions avaient permis d'y insérer des éclats ... de truffe. Elles reposaient sur un coussin de céléri râve mélangé à de la poire. Cela fait très "peuple", cette rémoulade. 

 

Nos saint-jacques suivantes m'ont appris ce qu'est une "grenobloise": en fait, il s'agit d'une meunière après son déménagement dans le département de l'Isère, avec des câpres en plus. On la réserve d'ordinaire à la sole, agrémentée de dés de pain de mie rissolés, de câpres et de fragments de pulpe de citron.

 

Le pecten (nom savant de notre mollusque) et sa chair délicate ne s'accommodent pas de n'importe quel vin. On nous a proposé de conserver celui de l'apéritif, un Mâcon de la commune de Solutré, sec et rond, bien vif, qui a fait merveille. En outre, le crâne de Christine, mon testeur-détecteur de sulfites, n'a pas commencé à clignoter, ce qui est bon signe. 

 

Vous comprenez, à présent, pourquoi tant de Belges ont élu domicile

dans le Luberon, au moins au titre de résidence secondaire:

ils ont posé leur maison tout près de La Petite Maison

 

 

* Pour les étrangers, la "Charte de Joyeuse Entrée", accordée en 1356, définissait l'indivisibilité du Duché de Brabant. Elle a donné lieu à une cérémonie officielle, encore en usage de nos jours, au cours de laquelle un nouveau suzerain fait le serment de respecter les droits d'une juridiction lors de sa première visite après son arrivée au pouvoir. Flupke et sa belle Mathilde en ont fait une floppée dans leur bon royaume de Belgique.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    michel (lundi, 24 novembre 2014 08:34)

    Nous avons été ravis de faire la connaissance de Madame Mère...
    Transmettez-lui notre bien amical et affectueux salut.
    Nous avons mis la Loute en cave et dégusté avec mes amis tapissiers la Cuvée Miquelet 2011... Je crains que, désormais, il me soit demandé d'ouvrir du Chalier à chaque stage!
    L'arbre magnifique dont j'ignore aussi le nom, est encore du plus bel effet.
    Bien amicalement.
    M C

  • #2

    Luc Charlier (lundi, 24 novembre 2014 09:05)

    Merci de ces appréciations flatteuses. Je crois effectivement qu'il faut réserver le bon vin pour les .... enfants s(t)ages.