UNE SI LONGUE ABSENCE

Cheers !
Cheers !

 

Ben oui, quoi, avec les fêtes de fin d'année qui approchent, et l'année catastrophique que nous avons vécue avec marchands de vin et autres intermédiaires, il faut que je m'occupe de nos

clients directs à nous.

J'ai donc parcouru quelques milliers de kilomètres et visité des dizaines de restaurants.

Par conséquent, peu de temps pour écrire.

 

 

L'illustration du jour est une rareté, un document "collector": les trois rejetons de Léon, et leurs partenaires respectifs, réunis devant la fresque du Buddha's Garden, un restaurant asiatique au bas de l'allée qui mène à l'UZ Brussel - de mon temps on disait l'AZ Jette. Je recommande le premier cité, et n'ai pas d'avis sur le dernier: cela fait longtemps que je n'y ai plus mangé ! 

 

De gauche à droite, vous découvrez Nicolas, le chevalier servant de la Loute. Il manie, transporte, et stocke des fonds pour le compte d'une société de sécurité. Je suppose qu'on n'a pas le droit d'en dire plus; le fric, chez les capitalistes, c'est sacré et les fourgons blindés sont escortés par les forces de l'ordre avec beaucoup plus de précautions que les oeuvres d'art, les matières radio-actives ou les personnages importants. 

 

A ses côtés, Mademoiselle Virgine Charlier elle-même, alias la Loute. Elle cumule les fonctions de serveuse de cafétaria, sandwichière, barmaid et entamera en 2015 une formation en alternance pour obtenir in fine un diplôme lui ouvrant la gestion d'un établissement dans l'Horeca. Fini les maths et les couloirs des écoles, ouf. Le papounet en est ravi. 

 

Ensuite, c'est le tour de Loïc, le "-lo" de la Cuvée Jolo. Lui, il s'assure (ah ah) pour le compte d'un groupe banquier que les revendications de remboursement de frais médicaux par des expats en contrat chez eux reposent sur des faits réels. De facto, il s'agit d'une expèce de détective privé du domaine médical. Il découvre ainsi des mondes jusqu'alors inconnus. Durant son temps libre, il explore un autre monde peu connu: le fond sous-marin des Maldives. 

 

Sa mokkel, Stéphanie (a.k.a Stefke), la charmante blondinette à ses côtés, donne des cours de langue à des adultes pour une moitié de son temps, et travaille au reste avec ses parents, tous deux souffleurs de verre à vocation partiellement industrielle (pipettes, tuyauterie en verre, verres spéciaux) et partiellement artistique (cristallerie décorative). Elle ne manque pas d'air. 

 

Vient ensuite the new chick on the block/blog, Megan, l'égérie du fils aîné à Léon. Cette Sud-Africaine à passeport néerlandais, ayant vécu à Berlin et spécialisée en histoire de l'art, vient de prendre possession de son couteau de poche personnel "Made in family Durand" (La Coutellerie de Laguiole), signe indéniable de son entrée dans le clan. Nous l'avons découverte avec grand plaisir à Bruxelles, la semaine passée. Plus à ce sujet lors de l'épisode suivant de notre saga vigneronne.

 

Et enfin, last but not least, la moitié "Jo-" de la Cuvée Jolo, Johan himself, qui semble, d'après les témoins les plus avertis, me faire office de succédané. Lui, ayant dit adieu à ses veaux, vaches, cochons, couvées évolue actuellement à 100 pieds sous l'eau, au milieu des squales et autres dangers terrifiants, dans la zone du Cap, avec quelques escapades salvatrices au vignoble de Constantia. 

 

Il faut de tout pour faire un monde et cela faisait au moins cinq ans que je n'avais plus réuni celui-là dans son ensemble; "à part entière" comme dit l'expression oxymoronique consacrée. 

 

Glad I did ! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Thierry charlier (lundi, 17 novembre 2014 07:44)

    Je ne recommande vraiment pas la cuisine de l'UZ . Perdu 20 kg au moins lors de mes deux sejours !

  • #2

    Luc Charlier (mardi, 18 novembre 2014 13:43)

    Moi, du temps où cela s'appelait encore AZ, j'y ai souvent perdu la tête. Pourtant, à l'inverse du Holly de Lou Reed, "it was not I who was giving head" !