AVE, OLIVIUS SAMINUS, DEGUSTATURI TE SALUTANT

Ci gît Alethius, sénateur romain
Ci gît Alethius, sénateur romain

 

 

 

 

 

 

 

Si mon sarcophage est

plus petit que Rome,

le Carré d'Alethius régale 

très bien son homme ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez tout savoir sur Alethius, il existe deux solutions: comme ma mère, le demander au sommelier; ou, comme moi, vous en aller googueler. Apparemment, sorti de son épitaphe, on se sait pas grand chose de ce sénateur romain, ayant Lugdunum parmi ses fonctions, au 4ème ou 5ème siècle. Ce n'est plus tout à fait la grande période de l'Empire, vous en conviendrez. 

 

Moi qui tiens plutôt du galo-pin que du Gallo-Romain, c'est l'histoire d'Olivier Samin que je vais vous retracer en bref, pour ce que j'en sais. Notre parcours commun a commencé il y a environ deux ans, Christine ayant repéré cette excellente table pour une de nos dégustations. Les vins ont immédiatement plu au sommelier, qui en a référé au chef et ... au paysagiste qui suit la maison, grand amateur de vin - devenu un de nos clients. Une commande s'en est ensuivie. Comme ce fut le cas chez Serge Vieira, le premier macaron Michelin a suivi de très près notre première livraison. Je conseille vivement à la table ardéchoise de recommander nos vins car à Chaudes-Aigues, la deuxième étoile est arrivée juste après leur deuxième commande. Je suis sûr qu'il existe un lien entre les deux. Vous pas ? Ah bon ....

 

Pour la petite histoire, la dernière commande de la star du Cantal repose déjà dans la cave à Couffour. Marie-Aude propose à présent également notre Cuvée du Casot 2006. Attendons voir si le Bocuse d'Or 2005 rejoindra son maître Marcon au panthéon de la gastronomie dans le guide 2015. Mais c'est peut-être encore un rien trop tôt. Bidendum, comme les dieux de l'Antiquité, n'aime pas que la gloire humaine soit trop éclatante.

 

Mais soyons sérieux un instant, M. Samin n'a certainement pas attendu notre passage pour s'affirmer. Né dans la Creuse, où il n'existe pourtant pas de banc à huîtres, c'est à Chamalières, au pays du grand chauve qui se prend pour un romancier à succès et un séducteur, qu'il fait ses classes professionnelles; avant de passer chez Jean-Michel Lorain et puis de faire son pélerinage à la Mecque de la cuisine française: dans la famille Pic. Je n'ai jamais eu la chance d'aller manger chez Fernand Point à Vienne (suis né en 1956) ni chez les Pic à Valence, mais tous ceux qui se sont arrêtés chez Anne-Sophie Pic m'ont dit la même chose: un sans faute depuis le moment où on coupe le contact du moteur de la voiture jusqu'au départ du lendemain (pour les chanceux résidents). Eh bien, Olivier Samin fut si brillant qu'il a été plusieurs années son second de cuisine. Je ne le savais pas lors de mon premier repas à Charmes-sur-Rhône - je vous en ai parlé - comme une révélation: pas de grand écart, qui peuvent pourtant parfois être délicieux, mais une assiette faite d'harmonie et de complexité. Vous quittez la table repu et pourtant pas "plein" et avec l'impression d'un moment de bonheur privilégié. Dans notre monde de surconsommation, et j'en fais partie sans honte mais à regrets, on ne mange pas pour se nourrir, sauf ceux que Hollande a appelés avec maladresse et par bêtise les "sans dents", mais pour se faire plaisir. Ici, c'est en plein dans le mille. Par contre, je conseille à ceux qui souhaitent de l'esbrouffe et du chichi de passer leur chemin. Olivier Samin n'élabore pas une cuisine de pyrotechnie. Idem dito pour la carte des vins. Bien sûr, si vous souhaitez épater vos convives et améliorer le compte de résultats de M. et Mme Samin, vous trouverez aussi les bouteilles qu'il faut, mais dans le cas contraire, le très sympathique sommelier, tout jeune et passionné, vous aiguillera vers les merveilles de l'Ardèche et de la Drôme, ou d'un peu plus loin, jusqu'à l'Agly si vous insistez. Excellent choix de vins au verre aussi, soit dit en passant. Les vignerons établis n'aiment pas cela, mais les "petits nouveaux" obtiennent ainsi une chance de se faire connaître et les amateurs curieux ont la chance de se faire plaisir avec une trouvaille. 

 

J'y ai emmené ma mère. Celle-ci est à la fois conciliante - quoique ... - et très exigeante, fort sensible à l'accueil notamment. Ici, pas de souci, c'est la patronne qui vous attend dans le hall d'entrée, qui ressemble aux salles de cinéma chics quand celles-ci avaient encore une âme: porte vitrée, large dégagement, grande luminosité et comme une façon d'anti-chambre au spectacle qui va commencer. Je lui avais dit monts et merveilles de ma première expérience, ce qui parfois fait monter trop haut les attentes, et pourtant elle est repartie comblée ... lestée en plus d'un ballon de verveine du Puy-en-Velay. Vous voyez que je sais comment la traiter ! 

 

Merci à toute l'équipe, en commençant par le chef mais aussi l'entièreté de sa brigade, du gâte-sauce* au pâtissier, car des assiettes comme cela ne se montent pas toutes seules, et en terminant par le personnel de salle, très attentionné. Votre gastronomie rend la vie (encore) plus douce.

 

 

Adresse du jour: Le Carré d'Alethius

                         chez Olivier et Stéphanie Samin

                         07800 Charmes sur Rhône

                         T° 04.75.78.30.52

 


*: je crois avoir, par lapsus, utilisé "gâche-sauce" par le passé. Il faut corriger.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0