BRISVILLE S'INVITE CHEZ EVELYNE ET OLIVIER

Ni Talleyrand ni Fouché
Ni Talleyrand ni Fouché

 

 

 

Presque deux cents ans

plus tard,

ce n'est pas un huis clos

qui servit de point d'orgue

au séjour d'Alain Mertens chez moi.

 

 

 

 

 

Je vous ai déjà parlé du restaurant Le Delphinium, sur la côte héraultaise. C'est certainement une des adresses les plus fiables sur le Golfe du Lion pour tout qui veut s'asseoir devant une cuisine savoureuse, aux produits frais et accompagnés de vins choisis avec goût et proposés à des prix qu'on aimerait retrouver plus souvent ailleurs. 

 

J'ai proposé de situer là le repas que notre invité souhaitait nous offrir avant son départ. Nous avons pêché Christine à La Franqui en partant, avons fait le tour de la Plage des Chalets de Gruissan au passage (vous vous souvenez du film de Beineix?), puis repris la frange côtière jusqu'à Narbonne-Plage et Saint-Pierre avant d'obliquer vers Fleury d'Aude et ensuite Lespignan. Il restait à croiser au large de Vendres et Valras-Plage s'offrait à nous. Quelle aventure ! 

 

Pour une fois - les portions servies par Evelyne sont très copieuses - nous n'avons pas fait honneur au plateau de fromages proposé, sûrement le plus complet de la région et affiné à point. Par contre, la mer ne fut pas épargnée, entre nos soupes de poissons, le cabillaud, les Saint-Jacques et la choucroute marine. Je pense, et le trajet du retour en fut témoin, que l'attaque sournoise contre ma résistance à Facebook, porta son assaut final chez Olivier Piau et sa compagne.

 

Molinaro aurait pu y tourner son film, avec Carême en cuisine.

Mais ici, point d'évêque apostat pour cautionner le serment.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0