ET DIEU CREA ... UNE FEMME QUELCONQUE

Pour sa plastique, one point !
Pour sa plastique, one point !

 

 

 

 

Ce film

est sorti alors

que j'avais ...

6 semaines

tout rond.

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est que bien plus tard que j'ai découvert cette icône et la pachanga. Avouons qu'on aurait accepté de "cliquer" dessus. Mais pour le reste, en dépit du politiquement correct qui sévit tant en France et qui me convient si peu, il n'y a rien que j'admire chez cette actrice (?) ni chez cette femme.

 

Elle fut très belle, peut-être LA plus belle, quoique dans le même genre Ornella Muti, Clio Golsdmith, Emmanuelle Béart .... Sa vie, pour ce que j'en connais, consista à assouvir ses caprices les uns après les autres. Elle n'aurait jamais dû être mère et, ceci aggrave son cas, Nicolas s'appelle Charrier (sans "l" et avec un "r" en trop). Elle n'a aucune vision écologique, elle fait dans la sensiblerie. Elle n'a jamis su jouer la comédie, et ne parlons pas des autres genres théâtraux. Enfin, remarque un rien sexiste, d'autres ont réussi à "mieux se conserver". Une fois 35 ans, elle épaisissait déjà.

 

Le pire est son "engagement" politique. Elle partage avec Delon tous les choix détestables. Chez lui, ils sont sans doute le fruit d'une réflexion, mal menée, mais existante. Chez elle, c'est "spontané", pire encore. Enfin, être et avoir été, elle représente à mes yeux l'archétype de la femme aigrie. Non, Madame Bardot, je ne vous souhaite pas un joyeux anniversaire. On gardera vos photos de jeunesse, qui ont ému nos glandes, et on oubliera vite jusqu'au souvenir de qui vous êtes, qui n'a touché ni nos coeurs ni nos esprits.

 

Une femme quelconque.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0