ANNEE 2014 : MILDIOU, J'AI ETE MAUVAIS

Une vigne typique à "la Loute"
Une vigne typique à "la Loute"

 

 

 

 

 

 

 

Voici un bel exemple ...

de comment on aurait

pu faire mieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout le mois d'avril a été curieux et la sortie s'est faite tard. De petits ennuis mécaniques ont un peu retardé le premier traitement en mai, mais la végétation avait réellement du retard et je n'en m'en suis pas trop inquiété. Ensuite les mois de juin et de juillet ont été calamiteux, pour le Roussillon. Nous avons eu peu de tramontane, qui est notre alliée, mais des alternances de petits crachins - peu de vraies pluies bien salvatrices - et d'entrées maritimes très humides, assez tièdes. Dès le début juillet, José m'a prévenu, lui qui est d'un optimisme, je devrais dire d'une nonchalance ou même d'une inconscience marquée en ces matières: -" Il y a quelques attaques de mildiou sur la syrah". Nous avons réagi en conséquence. mais je n'en avais JAMAIS connu sur le domaine depuis 2005 - pas une seule lésion - et j'ai péché par incompétence. Je pensais le problème bien contrôlé et jusqu'au 15 août, la vigne montrait un petit retard, les feuilles étaient plus stressées que d'habitude mais les grappes avaient belle mine. 

 

Il faut dire que, à cette époque, la messe est dite. Peut-être aurais-je dû sortir l'artillerie lourde fin juin et début juillet: cuivre, dithiocarbamate etc ... tout ce que les "faux bios" vont acheter en cachette en Espagne. Ce n'est pas interdit en France mais apparaît alors dans votre facturier!  Nous avons fait un tour de traitement vers le 20 juillet, aussitôt lessivé par les crachins. Il s'agit en effet d'un produit de contact. Et José a refait un tour au tout début du mois d'août, par acquit de conscience. Ce n'était pas assez. De toute façon, je refuse de pulvériser quoique ce soit si près de la vendange. Les "vrais" professionnels, qui ont des comptes à rendre à leurs actionnaires, me traiteront d'imbécile. Moi, quand je vois le nombre de cancers des voies digestives (pancréas et estomac surtout), et le nombre de maladies d'Alzheimer ou de Parkinson qui affligent mes collègues, je me dis que je n'ai pas le droit d'infliger cela à mon collaborateur sur son tracteur ou à mes clients. Chacun son éthique. 

 

Ce soir, Christine et moi avons parcouru l'ensemble de nos vignes estagelloises et je suis déçu. Notre ennemi juré, l'oïdium, n'a pas montré le bout de son nez, sauf sur le carignan du Roc Blanc, où il n'y en a pourtant jamais. Je ne vendangerai rien là-haut. Mais la partie haute de la syrah à la Coume Majou a perdu ses feuilles sous l'action conjuguée des oomycètes et du vent, qui souffle en rafales. La récolte sera petite et doit rentrer cette semaine. Or, on annonce des orages ...

 

Le carignan de la Loute (voir la photo) présentait une belle sortie. Sa pruine est jolie, les baies sont de taille acceptable mais certaines grappes présentent des raisins qui n'ont pas véré! Il n'a plus d'amertume mais sera de bas degré - je n'ai même pas mesuré ! On vendange cette semaine. Et celui de Fortou, savoureux mais fort souple et de petit degré aussi, a perdu ses feuilles, quasiment comme à la fin octobre ! On vendange aussi, il ne gagnera plus rien à attendre.

 

Demain, nous filons faire le point à Saint-Paul-de-Fenouillet.

 

Bien sûr, toute la plaine d'Estagel est ravagée par le midliou. Bien sûr, cela fait deux mois qu'il n'y a plus une seule feuille sur certains quartiers de Baixas ou de Rivesaltes. Bien sûr, même les vignes de Raymond Manchon, un camarade qui apporte d'ordinaire les plus belles bennes à la cave d'Estagel, et en bio, dont parle par ailleurs Michel Smith ICI - il est mon voisin en plusieurs endroits - avaient moins de feuilles que d'ordinaire. Mais quand même: mes soucis commerciaux devant la crise que traverse notre profession m'ont sans doute empêché d'être totalement performant à la vigne cette année. Pour la première fois dans l'histoire de la Coume Majou, le mildiou m'a frappé. J'en tirerai la leçon. 

 

Nous allons vendanger les raisins les plus sains et ...

puiserons dans le stock pour satisfaire nos clients.

Peut-être sera-ce même un bien pour un mal !  

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Michel Smith (lundi, 15 septembre 2014 07:35)

    Courage l'ami... Quand faut y aller...

  • #2

    Russell Raney (lundi, 15 septembre 2014 19:06)

    Nous sommes avec vous, Luc & Christine - en l'esprit et le courage.