LA GALINETTE ETALE SES NAGEOIRES

 

Je ne suis PAS

critique gastronomique,

vous connaissez la chanson.

Mais je suis un gourmand

et peut-être un gourmet.

Fin, c'est une autre histoire.

Comme Christine

commence à compter

beaucoup de belles tables

parmi ses clients (et ses clientes),

et que nous essayons,

dans la mesure des budgets disponibles

- nous n'engageons aucun

autre frais de publicité -

d'aller nous attabler chez eux,

il m'est possible de comparer.

 

 

 

 

Force m'est de constater que l'offre dans notre département est curieuse. Nous avons la chance de posséder une série de restaurants de qualité et sincères, menés par une poignée de vraies vedettes du métier. Mais nous devons déplorer aussi la médiocrité moyenne de ce qui est proposé dans les autres établissements, notamment dans les stations balnéaires. Pour cette raison, nous sommes en fait peu repésentés dans les P.O. C'est sans doute pour cette raison aussi que Christine et moi mettons tout notre coeur à soutenir nos partenaires: ils exercent un métier exigeant et qui traverse une période de mutation profonde. 

 

Ainsi, la semaine dernière je vous présentais sans doute le meilleur repas que j'ai fait chez Christophe Comes, digne d'un double étoilé. Ensuite, son équipe et lui m'ont expliqué qu'ils voulaient totalement modifier leur approche de la clientèle; rassurez-vous, pas le style de l'assiette.

 

Le hasard a voulu que nous y prenions à nouveau place hier. Je ne vous commenterai pas le menu (cliquez sur l'image pour l'aggrandir) mais sachez que TOUT était sensationnel, de même que le Riesling d'Andlau 2011 que Vivien nous a proposé ... bon, de chez Marc K. et son fils bien entendu.

 

Deux questions seulement: (1) est-ce que le chef sait compter?  En effet, il y avait neuf plats dans son menu huit services. Merci pour nous. Et (2), comment fait-il pour tenir cette performance? Il y a une minutie dans les préparations, un soin fou dans la présentation et il ne dispose pas d'une brigade de 60 personnes en cuisine, laquelle est d'ailleurs de surface assez réduite.

 

Ses collaborateurs, mieux informés que moi, prétendent qu'il est plus "aisé" - tout est relatif - de servir la même chose à tout le monde, même quand ce "la même chose " est complexe et même lorsque les dîneurs arrivent à des heures différentes. Et le service de tant d'assiettes, avec les vins qui les accompagnent, repose sur les épaules, ou plutôt dans les mains, de trois personnes seulement. Je leur souhaite quarante couverts à chaque fois mais ... ils ne prendront pas de poids! 

 

Voilà, outre le fait que la formule me séduit,

le niveau de ce qui nous a été présenté était très impressionnant.

Je n'écris quasiment jamais à Mme Michelin,

mais je pense que je vais lui conseiller d'envoyer plusieurs fois

son bibendum de mari en inspection à la rue Peyra.

Après, c'est elle qui voit ! 

 

 

 

Cerise sur le gâteau: le restaurant possède à présent un site web, fort joli.

Sa réalisation a tardé mais le résultat valait la peine d'attendre. Notez qu'il faut taper "restaurant-galinette.com" et non pas "restaurant-galinette.comes" ! 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0