A QUELQUE CHOSE, MALTEUR EST BON

 

 

 

 

Un effet collatéral heureux

au réchauffement climatique :

la naissance d'un nouveau

whisky de pur malt.

 

 

 

 

 

 

Dans une chronique récente (voir ICI), l'ineffable Jim Budd nous montrait des photos spectaculaires - il en a le secret - des effets immédiats de la queue de l'ouragan Bertha en Ecosse, qui l'ont cloué dans le patelin de Kingussie. Cette bourgade située à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Fort Augustus, l'extrémité sud du Loch Ness, s'est vue envahie par la boue et les débris, qui ont même interrompu la voie ferrée. Or, celle-ci sert de passage au fameux Caledonian Sleeper, et je ne parle pas du pack du quinze au chardon. 

 

On en profite pour rappeler qu'un cyclone est un système dans lequel l'air atmosphérique tourne autour d'un point central de basse pression. Cette rotation sera anti-horaire dans notre hémisphère. Ce qui engendre sa force est le gradient de pression entre son coeur et les zones de pression plus élevées à sa périphérie. Plus il est important, plus les vents seront forts. Dans l'Atlantique nord, mais pas seulement, on appelle "ouragan" un cyclone et ses vents. Ce terme s'applique également à une tempête dont les vents atteignent 120 km/h et plus.

 

Bertha s'est formé le 1er août dans l'Atlantique tropical. Le 2 août, il est devenu tempête tropicale sur les Antilles. Le 7 août, on le retrouve au large de Terre-Neuve. Il traverse ensuite l'océan sur les 48-49 N pour nous atteindre le week-end dernier. Lundi, sur l'Ecosse, on verra la dépression atteindre des niveaux inférieurs à 980 hPa et garder ces caractéristiques sur la France, avec le temps variable que nous avons connu par voie de conséquence. 

 

Chez Jim, le Gynack "Burn" (littéralement un ruisseau, plus ou moins "beek" en néerlandais) a pris l'ampleur que l'on a vue. Cela a permis de sortir, à point nommé, un nouveau "single malt" mis en bouteille par les Humidized Distillers, après réduction spontanée à l'eau de Badenoch. Il s'appelle Glentorrent, du district de Strathspey. 

 

Après notre ami Budd, nous allons essayer

d'y tremper nos moustaches ... so to speak. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0