AOÛT A LA FROMAGERIE DES CHÊNES (PART 4)

Pas pélardon mais peut-être cabécou
Pas pélardon mais peut-être cabécou

 

 

 

 

 

Appellation "fait maison"

non contrôlée

 

 

 

 

 

 

Christine a lancé sa campagne "manger light". Elle veut dire par là "avant qu'il ne fasse noir", je suppose. Comme mon désir le plus cher est de satisfaire ses souhaits, j'ai préparé cette savoureuse entrée avant la tombée de la nuit. A l'instar des maîtres-restaurateurs, que je soutiens sans aucune faille, tout est fait chez nous, le plus souvent au départ de produits frais.

 

La petite cocotte est en fonte émaillée, provenance Hébei (Chine du nord) et la crème fraîche est d'Isigny. Les épinards, eux, sont congelés mais en branches et d'une "bonne marque". Je n'en trouve pas de frais ici pour l'instant. La muscade est passée (drôle) et le poivre nous fait faire "tsé-tchoum" (re-drôle).

 

Mais le petit palet de fromage de chèvre non pasteurisé qui a vu quelques minutes sous la salamandre - sans gratiner, je n'aime pas cela - se serait appelé pélardon s'il avait été élaboré ailleurs qu'à Bonnanech. Je pense qu'on peut dire que c'est un cabécou, appellation quercynoise assez générique.

 

 

Anyway, son goût délicatement lactique, sa légère nuance de "fleur"

et l'absence totale de côtés "staphylo" en font un régal

dans ce genre de préparation.

Exquisite, Alison.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Lassidu (mardi, 12 août 2014 21:59)

    Et dans la carafe en revermont ?!?...