DANS NOTRE MOUVANCE

Mon brunch
Mon brunch

 

 

 

 

 

 

Pour Alison*, vous saviez,

si vous me lisez régulièrement.

Sa visite a évidemment

approvisionné le

compartiment "fromages" 

du garde-manger.

Pour Edouard**,

je vous l'apprends.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce midi, ou plus exactement vers 11h20', j'ai pensé à un brunch. J'ai sorti l'espèce de petit Pélardon (mais le Tarn & Garonne ne donne pas droit à cette appellation languedocienne), la simili Sainte-Maure sans Touraine ni paille et le palet, affiné à point celui-ci. Le pain, un seigle avec des éclats de noix, et le vin - rouge pour une fois - leur ont tenu compagnie.

 

Normalement, je ne bois que très peu de vin rouge avec le fromage, et jamais avec du chèvre. Cette fois, rafraîchie qu'elle était, la bouteille du réfrigérateur a fait l'affaire : un petit verre avant de reprendre le harnais.

 

Il y a quelque temps, après que des voyous aient vidé des cuves et incendié le chai qui l'hébergeait à Ventenac, une forme d'attentat, Edouard Fortin et moi avons été mis en contact par quelques amis communs. Il m'a rendu visite et nous avons sympathisé.

 

La Cuvée Solidarité qu'il a confectionnée au départ de vins mis à sa disposition par des collègues audois pour le sortir de ce marasme lui a permis de commencer à rebondir. Et il y a quelques jours, il a profité d'une baignade sur notre côte avec son fils pour m'apporter son "Ricochets". Cette année, il s'agit d'un VDF ... sans millésime, titrant 13,5 vol %. Le vin possède une belle couleur engageante, un nez sur le fruit où je sens surtout une bonne rasade de carignan, mais c'est peut-être une illusion, et une attaque vive, presque surette. C'est pour cela que le fromage n'a pas réchigné, d'autant que les tannins ne sont pas surpuissants. 

 

Parmi ses projets, élever une structure d'environ 100 mètres carrés, avec une charpente en bois pour pouvoir la réaliser largement lui-même et installer ainsi sa "nouvelle" cave à Aragon où il possède un petit cinq hectares de vignes, sur l'aire d'appellation de Cabardès. Il reprendra alors le développement de son Domaine des Quatre Pierres.

 

Voilà donc Alison, surchargée, surbookée et très heureuse de la production de son troupeau rajeuni, et Edouard reparti vers d'autres aventures.

 

J'espère que le clan des supermarchés, de la malbouffe

et de l'industrie agro-alimentaire nous laissera,

autant eux que moi, continuer à vous offrir

des vrais produits de terroir, droits et sincères.

 

 

*  Chèvrerie des Chênes  (Tarn et Garonne)

   05.63.30.65.92, contact@grainesdeterroir.com

** Domaine des Quatre Pierres (Aude) 

   06.24.27.53.89, fortin.edouard@gmail.com

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Michel Smith (mercredi, 30 juillet 2014 05:31)

    Édouard, j'attends ton Pépé avec impatience ! Je peux même attendre jusqu'à l'année prochaine... Tiens-moi informé.

  • #2

    Luc Charlier (mercredi, 30 juillet 2014 07:47)

    Eh oui, le grand-père a perdu sa canne. C'est ce qu'on appelle un message smithbillin. Je suis heureux que ce blog serve aussi de base de "chat".