UN PEU EMU, VOTRE LEON

Une appréciation encourageante
Une appréciation encourageante

Voici la note manuscrite

que m'envoie l'oenologue,

après avoir dégusté

les échantillons

que j'ai portés

pour analyse aujourd'hui.

 

 

Quand il m'a vu arriver, au printemps 2005, recommandé par Jean-Hubert Verdaguer, Laurent Duret m'a pris pour un "indien". On appelle ainsi ces citadins bobos alternatifs qui viennent "faire le vigneron" sans rien connaître au métier. 

 

Je n'ai en effet AUCUN diplôme en la matière et en France, les papiers officiels servent de Sésame, sinon de preuve de compétence. Il m'a pris en main, nous avons sympathisé, il m'a évité bien des erreurs et moi ... je savais déguster, ce qui n'est pas négligeable. Résultat: 3 étoiles pour la Cuvée du Casot 2005 dans l'édition 2008 du Guide Hachette, et 1 étoile pour la Cuvée Miquelet 2005. C'était pourtant mon tout premier millésime.

 

Laurent est ingénieur agronome et oenologue. C'est surtout quelqu'un d'ouvert, de strict mais pas obsessionnel, et il sait vous mettre en garde sans vous forcer. Il n'est pas complaisant mais très compréhensif. En plus, il est sympathique, sans fausse camaraderie. A ce jour, je fais un peu moins appel à lui - j'entame mon dixième millésime - car la situation économique difficile me force à réduire tous les frais externes et donc un peu aussi la consultance, et car j'ai acquis une certaine assurance - avec humilité et sans morgue - mais ses avis me sont restés très précieux et il sait que je le comprends à demi-mot.

 

J'ai passé  toute la journée d'hier à la cave et ai fait mes assemblages finaux pour la mise de la Cuvée Miquelet 2011 - oui, on la reproduit pour la première fois depuis 2005, dans le même style délicat et soyeux -, pour la Cuvée Majou 2011 - plus "forte", plus estagelloise que maurynate -, pour la Cuvée Majou 2012 - dans le style expressif du 2007 -, pour La Loute 2013 - il a raison, elle devra perdre du gaz avant la mise - et pour l'assemblage que Dirk Niepoort a défini avec moi le 7 décembre 2013 et qui va passer un an dans du bois, dès que j'aurai fini d'installer le foudre.

 

Christine a apprécié le résultat. Tant mieux, c'est elle qui va devoir le vendre, en partie. Moi, j'espérais avoir bien travaillé.

 

Les commentaires de Laurent, qui n'est pas un flatteur, me font chaud au coeur. Malgré les 3 années qui se sont écoulées depuis la vendange 2011, mes grenaches et mes carignans n'ont pas perdu de leurs qualités en cuve et je pense qu'on va pouvoir mettre de jolies choses en bouteille avec Didier Vaquer,

chez AMB à Rivesaltes. Ne vendons pas la peau de l'ours, la mise n'est pas achevée. Mais tout est en place.

 

Merci de ta collaboration efficace et déterminante, Laurent.

Hugh, Grand Sachem a parlé. 

 


* Artisan de vos Mises en Bouteille, sarl

 

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0