"TOUR-GRENIER", PAS VIDE-GRENIER

Vingt-sept mètres de haut
Vingt-sept mètres de haut

 

 

En 1150, les Templiers

recoivent les terres du Viala.

En 1315,

pour les raisons que l'on sait,

ce sont les Hospitaliers

qui règnent ici.

 

 

 

Ils construisent un logis pour leurs gens et l'église Saint-Jean Baptiste. Mais le Larzac est terre d'insécurité et le Grand Prieur finit par autoriser, en 1430, la construction d'un donjon où les habitants du coin pourront se réfugier et stocker leurs provisions en cas de danger. En effet, la distance à parcourir pour aller se faire protéger des brigands et des "routiers" à Sainte-Eulalie est trop grande. En temps de paix, comme ce fut le cas après les Croisades ou à la fin de la Guerre de Cent Ans (1337-1453), les mercenaires désoeuvrés et sans solde "vivent sur le pays". Ils se rassemblent en "compagnies" et pillent ou bien rançonnent la paysannerie.

 

Au Viala-du-Pas-de-Jaux, la tour à cinq étages permettait d'engranger - littéralement - les céréales et tout ce petit monde. Elle est couronnée d'une remarquable voûte en lauzes calcaires. Celle-ci fut terminée au 17ème siècle, s'effondra il y a une cinquantaine d'années et a été reconstruite à l'identique par une association de volontaires. Un chemin de ronde pourvu de mâchicoulis en fait le tour. On y accède par un petit escalier au départ du dernier étage de la visite et la vue, panoramique, est très spectaculaire. 

 

Pour Christine et moi, qui n'aimons guère

voir le vide sous nos pieds

- les gens appellent cela "avoir le vertige" -

il était important de fixer l'horizon.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0