JURER COMME UN TEMPLIER

Sainte-Eulalie, abordée par l'est (D77)
Sainte-Eulalie, abordée par l'est (D77)

Lorsque

Guilhem de Nogaret,

Garde du Sceau et

"maître à penser"

de Philippe IV,

le convainc de détruire

l'Ordre du Temple,

c'est surtout la

puissance des Templiers,

et leur immense patrimoine

qui sont visés.

 

 

Personnellement, l'épopée templière me passionne, au-delà bien sûr des épisodes militaires en Terre Sainte. Les trois ordres guerriers ont vraiment constitué un des moteurs de la civilisation occidentale dans son ensemble entre le 11ème et le 15ème siècle, y compris jusqu'aux confins de la Baltique. En outre, je suis né un 13 octobre, jour fatidique où les membres de l'ordre seront arrêtés un peu partout en France, en 1307.

 

Je n'ai que peu de goût pour l'ésotérisme mais, chaque fois qu'il m'a été donné de visiter un édifice bâti par l'ordre, et plus encore leurs commanderies, j'y ai ressenti un calme et une puissance particulières. Leurs possessions s'articulaient autour des points d'eau, essentiels à leurs deux activités agricoles principales durant la première partie de leur mission: fournir la remonte et les céréales aux Croisés. Peut-être est-ce ce phénomène (l'eau) et le choix de certains types de roches, qui influencent le lieu ?

 

En Larzac, une de leurs terres d'élection, persistent de nombreux vestiges de cette époque glorieuse. Bien sûr, le passage du patrimoine dans le giron des Hospitaliers (après 1312) a permis souvent une excellente conservation, et un embellissement, des biens. Malheureusement, la Réforme et la Révolution Française, deux des plus grandes périodes d'intolérance du monde occidental, ont détruit une partie de ce qui aurait dû nous parvenir.

 

Quittant l'A75 à hauteur de Millau, vous pourrez aisément vous rendre dans 5 ou 6 des sites les plus intéressants. Cela vous évitera aussi de payer le droit de passage exorbitant extorqué dans le contrat d'exploitation par Eiffage aux autorités, plus de 9 € pour un véhicule particulier actuellement, pour franchir le viaduc.

 

La D77 vous mène à Sainte-Eulalie-de-Cernon. Cette petite rivière prend sa source en plein Larzac, avant de se jeter dans le Tarn. Le village sur son cours existe depuis le néolithique et a dû son développement à l'activité des potiers de l'époque gallo-romaine, facilitée par une connexion commode à la Via Domitia, cet axe est-ouest du Languedoc et de la Septimanie.

 

Au 6ème siècle déjà, l'évêque de Rodez y installe une paroisse et c'est le roi d'Aragon - accessoirement aussi Comte de Barcelone (comme Lionel Messi) - qui cède le Larzac à Elie de Montbrun, commandeur du Rouergue. On est en 1158. Cette commanderie deviendra une des plus importantes de France, avant de devenir hospitalière en 1312.

 

On l'incendie en 1377 et un petit seigneur local pille la ville. Ses remparts seront reconstruits vers la moitié du 15ème siècle mais les protestants organisent un nouveau pillage en 1575.

 

La renaissance embellira fort la place, la datant notamment de la jolie fontaine qu'on remarque encore, avec ses platanes, devant la commanderie. Tout ceci servira de villégiature à la famille de Mirabeau, ce qui n'empêchera pas les révolutionnaires de démanteler la commune et de la vendre aux enchères en huit lots distincts. 

 

Ce n'est qu'en 1970 qu'on a réussi à réunir à nouveau l'ensemble.

A voir absolument.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0