NESSUNO CORNETTO MA UNA "BRIOCHE"

En pleine jubilation
En pleine jubilation

 

 

 

 

Après deux années

passées en Afrique australe,

le "Jo" de la Cuvée Jolo

me rend visite à partir de ce soir.

Pour fêter l'événement,

la Civale a remis

son plus beau tablier.

(Cliquez sur l'image

pour en voir le logo).

 

 

 

 

 

 

En effet, dès le week-end dernier, la semoule de blé dur et l'huile d'olive ont rejoint le bol mélangeur - marque d'une chaîne de discounter qui nous donne entière satisfaction pour notre utilisation ménagère - et le frigo regorge à présent de pasta della casa pour nourrir les appétits certainement aiguisés du pauvre expat. et de sa mère, qui l'accompagne ainsi que son compagnon. Pour plus de clarté, il s'agit de la Dr. vét. de ce blog et d'un de nos Denis. Il est le compagnon de la mère de mon fils, pas celui du fils du père de mon fils. 

 

Cela une fois réalisé, hop, ce fut le tour de la brioche façon Olivier Bajard, enfin presque. Il faut suivre la recette du champion du monde de pâtisserie à la lettre et cette lettre recommande du beurre ... doux. Or, c'est le demi-sel qui a quitté la vitrine réfrigérée de notre voisin l'épicier, par erreur ! Donc l'appareil - celui de la brioche - a été remisé au frais et l'appareil - électrique celui-ci - a été nettoyé. Christine a repris sa copie plus tard. A présent, la grosse brioche de petit déj., des petites brioches au sucre et un tropézien nous attendent. Slurp.

 

Malheureusement, une mauvaise nouvelle a entamé cette journée. Nous devions aller fêter les 50 ans d'un des Marc de ce blog, celui de Luxembourg, sur la belle colline de Montalcino. Je peux même révéler que Christine et moi nous étions mis à l'Assimil d'italien pour l'occasion. Hélas, deux contretemps incontournables - rien de grave pour nous, rassurez-vous - nous empêchent d'envisager ce déplacement avec sérénité. Nous avions espéré faire une petite étape à Cinque Terre également, un des rêves de voyage qui m'habitent encore. Rien de cela ne sera. Ce n'est pas grave en soi. Ce qui m'attriste, c'est de manquer ce moment amical. Je m'en suis ouvert à Matc et à Anne, sa compagne, tout penaud. Je crois qu'il l'a bien compris et a espéré que ce serait partie remise. Je lui réitère toute ma désolation de ne pas pouvoir être là pour ces bonheurs festifs. Il n'est pas toujours facile de vouloir réaliser ses rêves dans un environnement concurrentiel et la réalité vous rappelle parfois à elle.

 

Bienvenue à Johan et ses chaperons

et encore sorry pour Marc et Anne.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Patou (mardi, 01 juillet 2014 14:23)

    Accrochez-vous: on arrive !!!