SAINT JACQUES EST ENCORE LOIN

Plein est
Plein est

 

 

Nous avions pris

le petit-déj.,

un brunch en fait,

sous les futaies du

quartier des Tongres

grâce à Philippe.

 

 

 

 

Oh, ce n'était sûrement pas la zone et vers midi, bagages embarqués, notre attelage se mettait en route depuis l'entrée de l'autoroute de Paris vers le sud et nos Pénates. Ceux-ci ont été bienveillants et c'est vers 21 heures que Daniel nous a promis: - "On vous fera manger, et puis on vous fera dormir". 

 

Nous avions traversé tout le Puy-de-Dôme sous un ciel très menaçant, des Puys et de la Limagne au Cézallier, avant que le ciel ne "craque" finalement, parsemant d'orages de grêle toute la route, notamment au niveau des crêtes. Une fois dans la "Haute-Auvergne" (le Cantal), nous avons craint pour le pare-brise et un mini-embouteillage s'est même produit un peu au nord de Saint-Flour, les véhicules hésitant à avancer sur le sol rendu mouvant par des grêlons gros comme des balles de ping-pong et devenu gras suite à la végétation hachée menu qui encombrait la chaussée.

 

Je vous rassure, la côte de boeuf de race Aubrac, son aligot ET ses frites - excellentes aussi, bravo pour un cuistot "non-Belge" - ont fait la fête au vin de Marcillac. 

 

Nasbinals avait fait le plein, en ce week-end de marathon et la caisse enregistreuse de la "Route d'Argent" commençait à résonner joyeusement. Dame, cette enseigne sait comment réjouir et la panse des marcheurs et le foie des voyageurs de passage. Pour nous, c'est la troisième halte en peu de semaines, à notre plus grande satisfaction.

 

Couchés dès 11 heures, je pensais que nous ferions quasiment le tour de l'horloge. Pourtant, sur le coup de six heures, j'ai entraperçu Christine, ou plutôt sa silhouette se détachant sur un ciel d'aurore, le regard fixant le lointain. Un quart d'heure plus tard, ma photo vous livre la suite. Elle est prise du rebord de la fenêtre, dans une annexe qu'on appelle "La Randonnée", à 500 mètres du village. Il nous fallut, ainsi qu'à d'autres dormeurs, tourner un peu pour y arriver. En effet, les panneaux indicateurs sont aussi farceurs que la direction: ils contiennent une espèce d'a-scroll en forme de flèche courbe destinée à vous égarer. Dans ce pays d'élevage bovin, on vous tourne en bourrique.

 

Même quand je n'ai rien de spécial à raconter, vous voyez que j'arrive néanmoins à vous le décrire en long et en large. Ainsi pour Nasbinals: ce village de pas même 400 âmes, à cheval sur le Gévaudan mais enraciné dans l'Aubrac, repose fermement sur son socle rocheux: le basalte alcalin de l'Aubrac, prolongement des volcans auvergnats, et le granit acide plus à l'est, là où il devient la Margeride. De son point culminant, à ND de la Sentinelle (1270 m), une table d'orientation vous fait découvrir les 4 points cardinaux. Sinon, promenez-vous jusqu'à la cascade de Déroc ( à 3 km du village) ou vers les lacs de l'Aubrac. Enfin, la jolie église romane Sainte-Marie, au murs de basalte supportant un lourd toit de schiste, vous offrira son clocher octogonal.

 

Rappelons enfin qu'on brasse de la bière en Aubrac,

et que la gentiane permet d'élaborer

des apéritifs et/ou des digestifs fort appréciés.

Par contre, n'en déplaise aux producteurs, vous aurez du mal 

à vous délecter des vins obtenus autour de Millau

ou au bord de la Truyère. Sauf exception remarquable,

ils sont très verts, dilués et vinifiés sans trop d'ambition.

Quant à ceux du Cantal .... 

 

 


Rappel:  Les séjours Bastide ou encore ICI

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Philippe (mercredi, 25 juin 2014 20:45)

    Trop sympa...
    Votre dur métier vous apporte de bons moments...heureusement.
    A bientôt les amis...