BONNANECH (II)

Apéritif soleil couchant
Apéritif soleil couchant

 

 

Le billet précédent

vous montre

ce qui a suivi.

Pour l'instant,

le vin de Gaillac

accompage une

entrée en matière.

 

 

 

 

Nous partions vers l'Atlantique .... en passant par le Quercy. Ne cherchez pas à comprendre : ce sont les Pyrénées qui ont à présent le bonheur de faire l'objet de l'attention de Christine. Bas les masques, la Civale parle aux Basques. Ipparretarrak ne lui flanque pas le trac et c'est en plein accord avec Filipe Bidart qu'elle leur propose notre pinard.

 

Mais il y a loin de l'Agly à la Nivelle ou la Bidouze et nous en avons profité pour aller passer la soirée du départ dans ce Quercy fromager qui nous plaît tant. Le lendemain matin, un départ aux aurores nous aura permis d'être à pied d'oeuvre à ... Bidart, justement, pour une première dégustation sur le coup de 11 heures. On y reviendra dans le détail.

 

Chez Alison, nous avons ajouté le Saint-Nectaire, le Cantal "entre-deux" et le Salers "tradition" à sa déclinaison de son chèvre allant du plus frais au plus fait. Nous les avions ramenés d'Aurillac lors de notre tournée cantaloue. Un vin assez spontané, bio bien sûr, d'un pote à elle que j'avais rencontré du côté de Vaour, a fort bien accompagné les choses ... pour commencer.

 

L'exploitation va bien, elle manque même de lait par rapport à la demande de fromage de sa chalandise. Quant à notre fermière, je ne l'ai jamais vue si affutée : des abdominaux de sauteuse à la perche, des doigts secs et des paumes musclées, la peau sur les os des bras et ... pas mal de sourire. Oh, tout ne va pas parfaitement. Tenez, le foin par exemple. Il est prêt à être rentré, les têtes ne jaunissent pas encore mais il ne faudrait plus trop attendre. Or, la météo ne laisse que peu de créneaux secs et ... andaineuses et lieuses à façon travaillent plutôt pour les voisins couillus que pour cette drôlesse écossaise. Dame, le Tarn & Garonnais de base est macho comme un vrai Espagnol et les potes passent avant la voisine. Or, les biquettes ne se portent bien - lisez, donnent suffisamment de lait - que si le foin leur convient. En effet, c'est bien beau le parcours libre, mais le soir, il faut continuer à mâcher. Et la luzerne, outre son prix, risque de les empoisonner si on en exagère la ration. Bon, Alison, on croise les doigts pour toi et tes graminées.

 

Nous avons passé une soirée fort agréable, faisant le tour des derniers potins et grignotant lentement l'excellent rôti dont un petit oubli au four avait à peine roussi la croûte, sans aucun dommage pour le coeur. Et des épinards en branche, en vraie branche, avec la queue - sans doute pour plaire aux voisins ? - ont parachevé le tout. Je vais vous dire, moi, le vrai luxe c'est ça : des produits de base exquis. Tout à la fin, ce fut pire: parfait hyper-riche préparé par la maîtresse (de maison) sur base d'une crème anglaise (recette venant de Christine) et de châtaignes décortiquées par une Stewart de pure souche. Le Tarn & Garonne ce n'est plus l'Aquitaine, j'en conviens, mais les Britanniques s'y acclimatent bien.

 

Et les blondes sont là pour en témoigner ...

de pré en pré et de foirail en foirail. 

 

 

PS: N'hésitez pas à cliquer sur les photos du billet précédent.

      Elles gagnent à être aggrandies et leur légende apparaît.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Dia Claro (dimanche, 22 janvier 2017 23:18)


    Do you have a spam issue on this site; I also am a blogger, and I was wondering your situation; we have created some nice procedures and we are looking to swap techniques with other folks, please shoot me an email if interested.